Adèle Haenel quitte les César après la victoire de Roman Polanski

Adèle Haenel quitte les César après la victoire de Roman Polanski
Médias

COLERE - C’est le moment choc de la 45e cérémonie des César. Alors que le trophée du meilleur réalisateur venait d’être attribué à Roman Polanski pour "J’accuse", la comédienne Adèle Haenel a quitté la salle avec l’équipe de "Portrait de la jeune fille en feu" tout en exprimant son mécontentement à haute voix.

On attendait son discours en cas de victoire. Non seulement Adèle Haenel n’a pas été récompensée pour son rôle dans "Portrait de la jeune fille en feu". Mais elle a assisté, médusée, à la victoire de Roman Polanski dans la catégorie meilleur réalisateur pour "J’accuse". "Une honte, c’est une honte !", a-t-elle crié en se levant de son siège pour quitter la salle, imitée par sa réalisatrice Céline Sciamma, sa partenaire Noémie Merlant et plusieurs personnes dans l’assistance.

L’équipe de "Portrait de la jeune fille en feu" a immédiatement quitté les lieux, sans s’arrêter pour parler à la presse. Sur le chemin menant vers la sortie de la salle Pleyel, Adèle Haenel a scandé "Vive la pédophilie ! Bravo la pédophilie !", comme le témoignent ces images tournées par nos confrères de "Paris Match"...

Il faut dire que le sacre de Roman Polanski, également récompensé par le César de la meilleure adaptation avec l’écrivain anglais Robert Harris, ressemble au scénario du pire pour Adèle Haenel, star engagée dans la lutte contre les violences faites aux femmes. "Distinguer Polanski, ce serait cracher au visage des victimes !", avait déclaré la comédienne en début de semaine dans une interview au "New York Times" à propos du cinéaste accusé de viol par plusieurs femmes, tout en reprochant à la France d’avoir "manqué le coche" du mouvement #MeToo. En novembre dernier, dans un entretien accordé à Mediapart, la comédienne avait accusé le réalisateur Christophe Ruggia d’attouchements sexuels lorsqu’elle était mineure. Il a depuis été mis en examen pour agression sexuelle.

Ils voulaient séparer l’homme de l’artiste, ils séparent aujourd’hui les artistes du monde- Adèle Haenel

C'est à nouveau dans Médiapart qu'Adèle Haenel a réagi au lendemain de la cérémonie. "Ils voulaient séparer l’homme de l’artiste, ils séparent aujourd’hui les artistes du monde", a estimé l’actrice qui fustige une partie du cinéma français. "Ils pensent défendre la liberté d’expression, en réalité ils défendent leur monopole de la parole. Ce qu’ils ont fait hier soir, c’est nous renvoyer au silence, nous imposer l’obligation de nous taire. Ils ne veulent pas entendre nos récits. Et toute parole qui n’est pas issue de leurs rangs, qui ne va pas dans leur sens, est considérée comme ne devant pas exister". 

Elle poursuit : "Ils font de nous des réactionnaires et des puritain·e·s, mais ce n’est pas le souffle de liberté insufflé dans les années 1970 que nous critiquons, mais le fait que cette révolution n’a pas été totale, qu’elle a eu un aspect conservateur, que, pour partie, le pouvoir a été attribué aux mêmes personnes. Avec un nouveau système de légitimation. En fait, nous critiquons le manque de révolution".

Lire aussi

Au lendemain de la décision de Roman Polanski de ne pas assister à la 45e cérémonie des César, l’équipe de "J’accuse" avait choisi de l’imiter, l’acteur Jean Dujardin en tête. Lors de son discours d’ouverture, la maîtresse de cérémonie Florence Foresti s’est payée à plusieurs reprises le cinéaste franco-polonais. "Qu'est-ce qu'on fait avec Atchoum ?", a-t-elle notamment demandé au public présent dans la salle, s'interrogeant sur l'attitude à avoir en cas de victoire de l'auteur de "J'accuse". Après l'annonce du César du meilleur réalisateur, elle n'est pas remontée sur scène. "Ecoeurée", a-t-elle postée sur Instagram quelques minutes sur Instagram.

Lire aussi

Un peu plus tôt, le comédien Jean-Pierre Darroussin s’était lui retenu de prononcer le nom de Roman Polanski lors de l’annonce du trophée de la meilleure adaptation. "J’accuse" a également reçu le César des meilleurs costumes, repartant avec 3 prix sur 12 nominations. Visiblement trois de trop pour certain(e)s.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent