VIDÉO - Deux ans après la polémique, Mehdi Meklat s'explique sur ses tweets haineux dans Quotidien

Médias
DirectLCI
QUOTIDIEN - Face à Yann Barthès, l'ancien journaliste du Bondy Blog s'excuse pour ses "erreurs". Il raconte aussi le lynchage médiatique dont il a été victime, et le chemin qu’il a parcouru pour tenter de "comprendre" pourquoi il avait écrit ses textes.

Mehdi Meklat a choisi les lumières du plateau de Quotidien pour s'exprimer, ce mardi. Un peu moins de deux ans après s'être retrouvé au cœur d'une polémique, l'ancien du Bondy Blog revient sur son expérience dans un ouvrage à paraître, "Autopsie". 


Tout commence en 2017, lorsque de vieux tweets sont exhumés. Propos sexistes, racistes, homophobes…  Une image peu reluisante se dessine alors. L'ex-chroniqueur publiait des milliers de tweets haineux au début des années 2010 sous le pseudonyme de "Marcelin Deschamps", tels que : "Regrette que Ben Laden soit mort. Il aurait pu tout faire péter".

"Deux anonymes décident de fouiller dans mon compte Twitter avec les mots clés  : juifs, PD, femme et blanc", raconte Mehdi Meklat  à Yann Barthès. "Elles décident de publier 5 à 10 tweets parmi 53.000". 

"Je suis aussi au cœur d’une utilisation politique"

S’en suit une polémique. "Je me retrouve au cœur d’un scandale (…) Je suis aussi au cœur d’une utilisation politique. (…) Je deviens l’objet du mal finalement pour des gens qui sont eux-mêmes racistes", tente d'analyser ce dernier.  


Lui qui raconte s'être exilé à Tokyo, chez son meilleur ami quand cette affaire a éclaté, présente, de nouveau, ses excuses. "Je comprends que ces tweets blessent. Pour autant, ce qui m’a questionné c’est 'Pourquoi n'a-t-on pas cru à mes excuses ?' Peut-être parce que quand on s’appelle Mehdi aujourd’hui en France, il n’est pas facile de s’excuser, parce qu’il a forcément une forme de suspicion (…) Il est très facile d’enfermer cette personne dans son identité". 


Alors pourquoi sortir cet ouvrage maintenant l'interroge Yann Barthès ? "J’espère qu’il est possible aujourd’hui que l’on se dise : 'Il a fait des conneries, il s’est expliqué, il s’est excusé, il raconte quelque chose de la société, alors écoutons-le'."

Ce jeune homme de 26 ans, né à Clichy (Hauts-de-Seine), est devenu chroniqueur au Bondy Blog puis sur France Inter, aux Inrocks et sur Arte en compagnie de son ami Badroudine Saïd Abdallah - dit Badrou -, avec qui il a publié deux livres, dont "Minute" (Seuil). Depuis la révélation de ces tweets, il dit se consacrer à l'écriture et au théâtre. 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter