VIDÉO - Nadia Daam harcelée et menacée : Europe 1 porte plainte, Marlène Schiappa s'en mêle

VIOLENCE - Depuis qu’elle a dénoncé sur Europe 1 le sabotage de la ligne téléphonique consacrée aux victimes de harcèlement de rue par les internautes, la journaliste Nadia Daam est la cible de violentes attaques sur les réseaux. La station a décidé de porter plainte, tandis que la secrétaire d'Etat Marlène Schiappa a interpellé la société éditrice du forum incriminé.

La guerre (aux trolls) est déclarée. Ce mercredi, la journaliste Nadia Daam dénonçait dans son "Coup de patte" matinal sur les ondes d'Europe 1 l'attitude des internautes du forum Blabla 18/25, à l'origine d'une violente campagne de cyber-harcèlement à l'encontre de Elliot Lepers et Clara Gonzales, les deux militants qui avaient lancé un numéro de téléphone pour recueillir les témoignages de victimes de harcèlement de rue, dans la foulée du mouvement "Balance ton porc".


"Ce forum représente le bac marron d’internet, la poubelle à déchets non-recyclables. A ce stade-là, c’est pas 'balance ton porc' mais 'balance toute la chaîne de fabrication des jambons Madrange, couenne comprise'", expliquait cette ancienne contributrice du Bondy Blog, passée par Slate et Arte, indiquant que les membres du forum en question avaient pour objectif de "décourager la moindre initiative féministe."


Nadia Daam expliquait ensuite que les "trolls" en question étaient parvenus à saturer la ligne, dans la nuit de lundi à mardi. "A ce stade de bêtise crasse et de la malveillance, il faudrait vraiment que les membres de ce forum songent sérieusement à léguer leur cerveau à la science pour qu’on sache un jour comment il est possible de rester en vie tout en étant aussi con", s’emportait ensuite la chroniqueuse, regrettant la faible réaction de Webedia, la société éditrice du forum.

Des menaces de mort et de viol

Ce coup de gueule corrosif, les internautes en question ne l’ont pas digéré puisqu’il s’en sont pris à la jeune femme, poussant Europe 1 à déposer une plainte, ce jeudi, pour "menace de crime contre les personnes". Sur son site, la station cite, pêle-mêle, des "attaques contre ses comptes électroniques, injures pornographiques, menaces de mort, menaces de viol, menaces sur son enfant, tentative d’intrusion à son domicile au milieu de la nuit."


Un véritable cauchemar dénoncé dans une tribune signée par de nombreux confrères de Nadia Daam. "Nous voulons simplement dire aux brutes qui la persécutent qu’elle n’est pas seule", écrivent-ils, "que nous pensons, comme elle, qu’ils sont des êtres lâches, minables et méprisables, et que nous attendons patiemment, mais avec confiance, que la justice et la communauté même du web les mettent hors d’état de nuire. Et s’ils veulent frapper la nuit à nos portes, nous sommes nombreux."

L’affaire vient de prendre un tour plus politique puisque Marlène Schiappa, la secrétaire d’Etat en charge de l’Egalité entre les femmes et les hommes, a décidé d’interpeller la direction de Webedia, dans une lettre dont elle a choisi de dévoiler le contenu sur son compte Twitter... 

"Je vous rappelle que la loi française punit pénalement les délits de provocation à la haine et à la violence et d’injure publique en vertu de la loi du 29 juillet 1881", écrit-elle notamment, soulignant que "la faiblesse de la modération des commentaires haineux de toute sorte sur votre réseau social a déjà été soulignée à plusieurs reprises par le passé (…) Il ne nous est pas possible d’appeler les femmes à 'libérer la parole' si cette parole est suivie d’un tel harcèlement sur Twitter."  

Tout savoir sur

Tout savoir sur

#BalanceTonPorc, le hashtag qui réveille les consciences contre le harcèlement

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter