VIDÉO - "Je n'ai jamais forcé personne à aller voir mes films" : Kev Adams répond à ceux qu'il "dérange"

VIDÉO - "Je n'ai jamais forcé personne à aller voir mes films" : Kev Adams répond à ceux qu'il "dérange"
Médias

PHILOSOPHE - Invité de Laurent Ruquier samedi soir dans "On n’est pas couché", Kev Adams a évoqué les attaques dont il fait régulièrement l’objet. "Si je n’avais pas eu la chance de réussir, peut-être que j’aurais été moi-même l’un de ceux qui critiquent sur Internet", a admis l’humoriste.

C’est l’humoriste le plus populaire de sa génération. Le plus contesté aussi. Invité de Laurent Ruquier dans On n’est pas couché, diffusé samedi 27 avril sur France 2, Kev Adams est revenu sur les critiques dont il fait régulièrement l’objet. "Quand on est dans la lumière, quand on a la chance de faire quelque chose qu'on aime, quand on est heureux... Parfois ça gêne des gens, parfois ça les dérange",  a estimé l’intéressé. "Moi je n'ai jamais été offensant, je n'ai jamais forcé personne à aller voir mes spectacles ou mes films."

On se rappelle qu’en octobre dernier, le succès en salles de la comédie "Alad’2" avait interpellé la presse anglo-saxonne, un journaliste du "Hollywood Reporter" jugeant le film "à peine regardable. Ou plutôt, visionnable, dans le sens où si vous êtes dans l'un de ces avions avec des écrans sur les têtes de sièges, peut-être le regarderiez-vous sans le son. (…) Le vrai problème ici, qui est le même que celui de la filmographie complète de Kev Adams, est que l'acteur n'est tout simplement pas drôle."

Lire aussi

Ce samedi soir, c’est Yann Moix qui a balancé sur le jeune humoriste. Dans son billet hebdomadaire sur le plateau des Terriens du Samedi sur C8, l’écrivain a estimé que "Kev Adams aurait pu inventer l'eau qui ne mouille pas, le soleil qui ne brûle jamais, le livre qui ne s'ouvre pas, la nuit qui ne tombe pas, le désert surpeuplé, la guerre qui ne fait pas de mort, l'incendie qui ne fait pas de dégât ou l'âge qui ne fait pas vieillir. Il a préféré inventer l'humour qui ne fait pas rire. Quand on va voir l'un de ses spectacles, on pense à la phrase de Groucho Marx : 'J'ai passé une bonne soirée mais c'était pas celle-là'."

Le succès de Kev Adams ferait-il des jaloux ? "Il y a de la jalousie. Mais il y a aussi de la frustration", a répliqué le jeune homme dans ONPC.  Moi, quand j'ai commencé à faire ce métier, je regardais les autres qui le faisaient déjà et j'avais de la frustration. Je le sentais (...) Parfois je voyais des humoristes à la télé et je me disais : 'Pourquoi lui plus que moi ?' Et cette question-là, elle est très importante. Elle est primordiale dans notre société (…) Si je n’avais pas eu la chance de réussir, peut-être que j’aurais été moi-même l’un de ceux qui critiquent sur Internet."

Pour son nouveau spectacle, "Kev Adams Sois 10 ans", l’humoriste explique être "reparti de zéro". "Quand j’ai commencé à l’écrire, j’avais l’impression de ne jamais avoir écrit de sketch de ma vie. Je me suis demandé de quoi j’avais vraiment envie de parler", a-t-il expliqué, racontant avoir testé son nouveau répertoire dans de petites salles où personne ne l’attendait. "Je me suis retrouvé devant des gens qui disaient 'génial, il fait un spectacle dans ce bar' et d’autres qui disaient 'oh non, putain pas lui !' Ça m’a permis de créer un matériel qui puisse plaire au plus de gens possible." Et enfin faire taire les critiques ?

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent