"Les policiers se comportent comme des criminels et des barbares à Calais" : Yann Moix persiste et signe

Médias
DirectLCI
POLÉMIQUE - Sa sortie virulente contre la police dans "Les Terriens du Samedi" a suscité la colère des syndicats et du ministre de l'Intérieur, Gérard Collomb. Invité à réagir dimanche soir sur Europe 1, Yann Moix a une nouvelle fois dénoncé les violences des forces de l’ordre à Calais.

C’est un coup de sang qui passe mal. 24 heures après la diffusion de ses propos polémiques contre la police, sur le plateau des "Terriens du Samedi", l'émission de Thierry Ardisson sur C8, Yann Moix était l’invité de Philippe Vandel, dimanche soir sur Europe 1. Pour mémoire, l’écrivain s’était montré agacé par le livre de l’un des invités, le journaliste Frédéric Ploquin, "La Peur a changé de camp" (Albin Michel), dans lequel des policiers témoignent des difficultés rencontrées par les forces de l’ordre dans certaines zones sensibles à travers l’Hexagone. 


Yann Moix, qui dénonce depuis plusieurs mois les violences policières à l’encontre des migrants à Calais, n’y est pas allé de main morte : "Si vous venez dire ici que les policiers ont peur, vous savez que la faiblesse attise la haine", a-t-il lancé à l’auteur et aux deux policiers à ses côtés. "Vous savez très bien que vous chiez dans votre froc alors que vous faites un métier qui devrait prendre en compte cette peur. La peur est humaine, je ne vous le reproche pas. Vous devriez l’intégrer."

Sur Europe 1, l’écrivain a d’abord réagi au tweet du ministre de l’Intérieur Gérard Collomb, qui l’avait jugé "grossier sur la forme et indécent sur le fond". "La grossièreté et  l’indécence de Gérard Collomb, je ne les ai jamais vues dans ses paroles", a rétorqué Yann Moix. "C’est un homme au langage policé. Je les ai vues dans les coups de matraque qu’il prodigue aux migrants, à Calais, à longueur de journée, quand 4, 5, 6, 7, 8 policiers sont parfois sur un enfant de 16 ans et le laminent de coups et le gazent. Je n’ai rien d’autre à rajouter."


Philipe Vandel a également fait entendre à Yann Moix la réaction à ses propos de Denis Jacob, représentant du syndicat Alternative Police : "Il ferait bien de venir mettre son nez dans le caca (…) pour être à la hauteur de son vocabulaire particulièrement vulgaire et charretier. Il ferait bien de venir avec nous prendre quelques pavés dans la figure (…) et on verra si comme il dit il a les couilles comme les policiers d’y aller tous les jours."

Là aussi, Yann Moix ne regrette rien : "Etant ancien officier de gendarmerie, je salue ce Monsieur. Et je trouve sa haine contre les charretiers complètement disproportionnée par rapport à la réalité." Ira-t-il sur le terrain comme on le lui propose ? "J’ai passé un an à Calais à voir la manière dont les policiers se comportent comme des barbares et des criminels face à de jeunes migrants complètement innocents. Et je rajoute inoffensifs."

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter