VIDÉO - "You" sur Netflix : la série qui dérange (même) son acteur principal

Médias
DirectLCI
ZOOM - Mélange détonnant de romance girly, de thriller sanglant et de satire de la génération réseaux sociaux, la série "You" connaît un formidable engouement depuis qu’elle est disponible sur Netflix. La faute à l’acteur Penn Badgley, pourtant pas très chaud au départ pour interpréter l’inquiétant Joe Goldberg. Explications.

Lorsque Penn Badgley dit non à un rôle, mieux vaut insister. Demandez aux producteurs de "Gossip Girl" : en 2007, le comédien américain, alors âgé de 21 ans, refuse d’interpréter Dan Humphrey, l'amoureux torturé de Serena, l'héroïne incarnée par Blake Lively. Pas très inspiré par ce personnage qui a pourtant un rôle crucial dans l’intrigue, le jeune homme se laisse finalement tenter et ne va pas le regretter, vu le succès de la série.


Rebelote, 12 ans plus tard, avec le héros un peu (beaucoup) schizo de "You", le succès du moment sur Netflix. Dans cette adaptation du roman young adult de Caroline Kepnes, baptisé "Parfaite" dans son édition française, (Pocket, 2016), le comédien incarne Joe Goldberg, un libraire new-yorkais qui a le coup de foudre pour Beck (Elizabeth Lail), une étudiante fauchée qui rêve de devenir écrivain. 


Le début d’une mignonne comédie romantique ? Pas tout à fait. Dès le premier épisode, Joe espionne sans relâche la jeune femme, des réseaux sociaux où elle partage chaque seconde de sa vie avec sa bande de copines, jusqu’à l’appartement cosy où elle reçoit les visites nocturnes de son riche boyfriend. Le tout commenté, en voix-off, par le timbre monocorde de l'acteur.

J’étais dérangé par la nature du rôle. Et puis si c’est une histoire d’amour, qu’est-ce qu’elle signifie ?Penn Badgley, dans "Entertainment Weekly"

Très vite, "You" se transforme en satire d’une génération hyper-connectée… avant de virer thriller macabre à la faveur d’un événement aussi horrifique qu’inattendu. Les rebondissements s’enchaînent à un rythme d’enfer, parfois à la lisière du grotesque. Et pourtant ça marche, grâce à l’étrange fascination qu’exerce Joe Goldberg sur les spectateurs, tiraillés entre humour noir et sens moral. Sur Penn Badgley, en revanche...


"Je ne voulais pas le faire. C’était too much", avouait il y a peu le comédien à "Entertainment Weekly". "J’étais dérangé par la nature du rôle. Et puis si c’est une histoire d’amour, qu’est-ce qu’elle signifie ?". Bonne question. Greg Berlanti et Sera Gamble, respectivement producteur et scénariste de "You", trouveront les mots justes pour que l'acteur dise finalement oui. "Ils  m’ont aidé à comprendre l’humanité de Joe. Je savais que je serais mal à l’aise, et c’est pour ça qu’ils ont pensé que je serai le bon choix. Parce que je ne suis pas excité à l’idée de jouer quelqu’un de cette nature."

De la nature en question, on ne dira pas davantage, histoire de ne pas spoiler les plus curieux d’entre vous. Sinon qu'elle suscite un engouement un brin dérangeant sur les réseaux sociaux. "J’ai envie qu’un mec tombe amoureux de moi comme Joe Goldberg tombe amoureux de Beck", écrit par exemple une internaute sur Twitter. 


"Soit j’ai un problème, soit Penn Badgley est un fantastique acteur - et le scénario est incroyable - car je commence à avoir des sentiments pour Joe en dépit de tout ce qu’il fait. Et j’en suis au dernier épisode", écrit une autre. Elle a peut-être changé d'avis depuis...

Penn Badgley lui-même a pris part à la conversation, il y a quelques jours. "Le nombre de gens qui ont une vision romantique du personnage me fait peur", commentait une fan. "Idem. Ce qui me donne toute la motivation dont j’ai besoin pour la saison 2", lui a-t-il répondu.

Car les aventures de Joe Goldberg vont bel et bien se prolonger, pour le meilleur et/ou le pire. Après avoir récupéré la première saison, diffusée à l’origine sur la chaîne américaine Lifetime, Netflix en a commandé une deuxième. Elle pourrait débarquer sur la plateforme avant la fin de l’année. Elle sera basée en partie sur "Hidden Bodies", la suite -none disponible en France- du roman de Caroline Kepnes

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter