VIDÉO - "Je ne pouvais pas sortir du lit" : Lorie Pester raconte le calvaire de l'endométriose

Médias

Toute L'info sur

Sept à huit

MALADIE – Invitée dimanche de l'émission "Sept à Huit" sur TF1, la chanteuse Lorie Pester est revenue sur son combat pour devenir mère malgré l'endométriose. Très engagée, la chanteuse et comédienne milite désormais pour la légalisation de la congélation d’ovocytes en France.

"Les premiers signes de la maladie ont été les douleurs. Des douleurs, mais atroces". Invitée ce dimanche 24 mars dans "Sept à Huit" sur TF1, Lorie Pester a pris la parole pour évoquer le mal dont elle souffre depuis des années. Atteinte d'endométriose, la chanteuse est revenue sur son quotidien marqué par cette maladie gynécologique encore méconnue, mais qui touche une femme sur dix. 

"C’était au moment de mes règles, pendant deux jours, j’étais coincée. J’étais obligée de rester au lit avec des anti-douleurs et une bouillotte sur le ventre. Je ne pouvais pas sortir du lit. J’avais l’impression qu’on me tordait le ventre avec des coups de couteau dedans et que la douleur se propageait vraiment partout. C’est-à-dire que j’avais des douleurs qui me lançaient dans les jambes", a détaillé la jeune femme âgée de 36 ans, qui pensait que c'était normal d'avoir mal durant les règles : "C’est ce qu’on entend au collège". 

Ce n'est qu'après avoir fait une grossesse extra-utérine qu'elle découvre qu'elle est touchée par cette maladie caractérisée par la présence de tissu utérin en dehors de la cavité utérine. "Très souvent, il faut sept ans pour diagnostiquer cette maladie. C’est énorme !", ss'est désolée Lorie Pester, qui suit un traitement sensé arrêter la propagation de ce mal dont on ne guérit pas et qui empêche de nombreuses femmes de tomber enceinte. 

Lire aussi

On m'a dit que je n'étais pas assez sévèrement atteinte d'endométriose pour pouvoir congeler mes ovocytes- Lorie Pester

La comédienne, qui a choisi de quitter la série "Demain nous appartient" pour se consacrer à nouveau à la chanson ainsi qu'à sa vie personnelle, a décidé de congeler ses ovocytes en Espagne. "On m'a dit que je n'étais pas assez sévèrement atteinte d'endométriose pour pouvoir congeler mes ovocytes", nous expliquait en octobre dernier Lorie Pester. Militant pour le droit de pouvoir congeler ses ovocytes en France, elle a même interpellé Emmanuel Macron dans une lettre ouverte. 

Début mars, elle a été reçue à l'Elysée par la ministre des Solidarités et de la Santé, Agnès Buzyn et par Marie Fontanel, la conseillère des Solidarités et Santé du président de la République. "Nous avons évoqué les travaux en cours au ministère pour une meilleure prise en compte de l'endométriose ainsi que les perspectives de la révision de la loi bioéthique au cours de laquelle sera débattue la possibilité de conserver ses ovocytes. Une belle rencontre avec une femme concernée par nos problèmes", déclarait la comédienne dans une story sur Instagram.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter