VIDEO - Sébastien Demorand, l’ex-juré de "Masterchef", est mort à l'âge de 50 ans

Sébastien Demorand, l’ex-juré de "Masterchef", est mort à 50 ans
Médias

DISPARITION - Le chroniqueur gastronomique et ancien juré de "Masterchef" sur TF1 est décédé ce mardi 21 janvier à l’âge de 50 ans.

Le monde de la gastronomie est en deuil. Le chroniqueur Sébastien Demorand est mort ce mardi 21 janvier des suites d’une longue maladie à l’hôpital Paul-Brousse de Villejuif, a rapporté "Le Point". Une information confirmée par TF1, qui a collaboré avec le chroniqueur. "C'est avec une grande tristesse que nous venons d'apprendre la disparition de Sébastien Demorand, ancien juré de MasterChef. Toutes nos pensées vont à sa famille et ses proches", a réagi la chaîn sur son compte Twitter. 

Son diplôme de journalisme en poche, il débute sa carrière sur les ondes d'Europe 1 avant d'intégrer le célèbre guide "Gault & Millau" en 1999. Devenu critique indépendant, il collabore avec plusieurs journaux ("Le Parisien", "L'Optimum", "Fooding") et devient le spécialiste de la gastronomie sur RTL. Il est aussi connu pour avoir inventé le terme "bistronomie" en 2004, contraction de bistrot et gastronomie, pour désigner une cuisine à la fois savoureuse et conviviale. Frère du journaliste Nicolas Demorand, c'est en 2010 qu'il se fait connaître du grand public grâce à sa participation à "Masterchef". Il intègre le concours culinaire de TF1 aux côtés de Yves Camdebordes et Frédéric Anton. Il fera même une apparition dans la version américaine du programme pour juger les plats des quatre derniers candidats. 

Lire aussi

En mars 2016, il franchit le pas et ouvre son propre restaurant,  Le Bel Ordinaire dans le 10ème arrondissement de Paris, avec son associé, Cyrille Rossetto. "Je suis passé de l’autre côté de la farce, mais je n’ai pas changé de philosophie, expliquait-il à l'époque au Parisien. "Je continue mon petit bonhomme de chemin en faisant partager ce que j’ai trouvé bon. Je suis toujours le pédago du goût", s'amusait Sebastien Demorand  qui avait ouvert un autre Bel ordinaire, dans le 5e arrondissement de Paris. "Les chefs de ce début de millénaire doivent beaucoup à Sébastien Demorand, à sa justesse et à son amour véritable de la cuisine. Il ne se démentit jamais, jusqu'au bout", a commenté mardi au "Point" Luc Dubanchet, fondateur de la revue culinaire "Omnivore".

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent