Wade Robson et James Safechuck absents au procès intenté par les fans français de Michael Jackson

Médias
JUSTICE - Le tribunal d'Orléans a examiné jeudi l'assignation déposée par trois associations de fans français visant Wade Robson et James Safechuck, les deux hommes qui accusent Michael Jackson de les avoir violés lorsqu’ils étaient enfants, dans le documentaire "Leaving Neverland". Ni l'un, ni l'autre n'a assisté à l'audience. Le tribunal devrait rendre son verdict le 4 octobre prochain.

Quatre mois après la diffusion sur M6 du documentaire "Leaving Neverland", le tribunal d'instance d'Orléans a examiné ce jeudi 4 juillet l'assignation visant  Wade Robson et James Safechuck, les deux hommes qui accusent Michael Jackson de les avoir violés durant leur enfance.


Ni l'un ni l'autre ne s'étaient déplacés et ne s'étaient fait représenter à cette audience qui a duré 10 minutes, a constaté un correspondant de l'AFP. Le tribunal rendra sa décision le 4 octobre prochain, à condition que l'avocat des plaignants puisse prouver que l'assignation a bien été communiquée aux deux accusateurs.


Cette action en justice émane des fans français du roi de la pop, bien décidés à obtenir réparation auprès de ceux à qui ils reprochent d'avoir sali la mémoire du chanteur décédé il y a dix ans. Une procédure judiciaire étonnante que l’avocat Emmanuel Ludot explique à LCI.


LCI : Cette plainte déposée par des fans de Michael Jackson contre ses deux accusateurs est-elle vraiment sérieuse ? 

Me Emmanuel Ludot : Bien sûr ! Les associations de fans français ont quand même à leur actif un crédit judiciaire dans la mesure où elles ont obtenu en 2014 la condamnation du Docteur Murray (le médecin du chanteur avait été condamné en 2011 à quatre ans de prison pour homicide involontaire – ndlr). Le lien d’affection entre Michael Jackson, son souvenir, et ses fans est aujourd’hui judiciairement établi. Nous recommençons aujourd’hui le même 'exercice' avec le même mécanisme et devant la même juridiction. En France, le Code civil protège la mémoire des morts. On ne peut pas porter des accusations contre une personne décédée au prétexte qu’on aurait découvert tel ou tel fait sur son passé. 


Mais peut-on vraiment parler de préjudice affectif pour des fans ? Ce ne sont même pas des membres de la famille…

Absolument ! Je donne toujours l’exemple suivant : votre meilleur ami est tué dans un accident de voiture à cause de quelqu’un qui a commis une faute de conduite ou qui était en état d’ivresse. Cette personne est jugée en correctionnelle. Vous, l’ami en question, aimiez cette personne. Eh bien vous avez le droit d’obtenir la réparation d’un préjudice moral et affectif. Sur ce point-là, il n’y pas de discussion possible. Pour le reste, je prouve le lien qui unissait Michael Jackson à ses fans par des témoignages et même des certificats de psychologues. Certains sont en état de dépression depuis la mort du chanteur. 

Le documentaire "Leaving Neverland" n’a fait que renforcer ce mal-être ? 

Oui car c’est un documentaire outrancier destiné à faire de l'argent. Il y a derrière tout un business de la dénonciation calomnieuse dont se sont servis ces deux personnages (Wade Robson et James Safechuck – ndlr) pour s'enrichir, avec l’aide d’une chaîne de télévision française bien connue.

Avez-vous eu le moindre retour de leur part depuis que la plainte a été déposée ? 

Non. Je n’ai pas eu de retour et je n’en aurai pas. De même qu’ils ne se présenteront pas à l’audience pour deux raisons. La première, c’est que je ne représente pas pour eux une menace financière. Je ne demande pas un million de dollars ! Les Américains, lorsqu’on leur demande un euro ou un dollar symbolique, ça les fait doucement rigoler. La deuxième raison, c’est qu’ils ont cédé les droits de leur témoignage à des chaînes de télévisions. Dans l’hypothèse où ils viendraient à être condamnés, ils savent qu’ils seront indemnisés par ces chaînes.

La famille Jackson est-elle au courant de votre plainte ? 

La famille Jackson est vent debout contre ces deux énergumènes, bien évidemment. Elle est très informée de la procédure et la sœur de Michael, LaToya, envisage de se joindre à nous. L’agent de Paris et Prince, les enfants aînés du chanteur, doit lui nous contacter dans les prochaines heures. Mais quoi qu’il arrive, nous avons le soutien de la famille Jackson dans son entier.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter