L'étrange mercato des cadors de la L1

MERCATO
DirectLCI
TRANSFERTS - Après un été 2013 record, les clubs de Ligue 1 se sont montrés prudents cette année. A la recherche de bonnes opportunités, ils ont même déséquilibré leur effectif en recrutant parfois bizarrement, à l'image du PSG et de l'OM. Quand ils n'ont pas carrément privilégié les ventes, comme Monaco et Lille.

Oubliée, la folie dépensière de l'été 2013. Avant le dernier jour du mercato lundi, les clubs de Ligue 1 n'ont pas fait dans le sensationnel, privilégiant les ventes aux achats. A l'image de Monaco. Il y a un an, le club de la Principauté, sous pavillon russe, annonçait ses ambitions autour de sa doublette James Rodriguez – Falcao. Avec succès puisque le promu a terminé dauphin du PSG et découvrira la Ligue des champions cette année.

Mais il le fera sans son meneur de jeu, parti au Real Madrid , alors que l'attaquant n'est pas certain de poursuivre l'aventure sur le Rocher. L'ASM a récolté plus de 90 millions d'euros cet été pour n'en dépenser que 12, essentiellement investis sur de jeunes espoirs (Nardi, Bakayoko). Le scénario se répète partout. Question fuite des talents, Aboubakar (Lorient pour Porto), Gomis (de Lyon à Swansea) et Cabella (Montpellier pour Newcastle) , tous parmi les dix meilleurs buteurs l'an dernier, sont partis à l'étranger. Dimanche, Salomon Kalou les a suivis : le Lillois jouera au Hertha Berlin.

Marseille, seul à investir

Même à Paris, le sérieux est de rigueur, fair-play financier oblige. Et certains postes prioritaires ont été oubliés. Le PSG a recruté très tôt le défenseur brésilien David Luiz , dans un secteur déjà bien pourvu. Et cette signature l'a empêché d'enrôler l'attaquant Angel Di Maria, qui s'était mis d'accord avec le club avant de filer à Manchester United , las d'attendre que les Parisiens lui fassent une place dans leur effectif. Et voilà les champions de France sans nouvelle arme offensive, et même délestés de Ménez (AC Milan) et Rabiot (AS Roma).

Il n'y a que Marseille qui, grâce à l'effort de son actionnaire, a pu investir 17 millions d'euros sur le trio Batshuayi-Alessandrini-Barrada, cédant Valbuena et Mendes. Mais Bielsa attend toujours un défenseur central, lui qui a bricolé en replaçant Morel et Romao, pas des spécialistes, à ce poste. Lyon espère plutôt un attaquant mais, faute d'avoir réussi à vendre un joueur majeur, n'a pas les liquidités nécessaires. ''Il n'y aura pas de recrues, sauf si des opportunités auxquelles on n'a pas pensé se présentent'', affirme le président Aulas, dans le ton de la majorité de ses homologues. Et en la matière, il s'agit rarement de joueurs transcendants.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter