Mercato : pourquoi l'OM n'a pas trouvé son attaquant tant recherché

MERCATO
MERCATO – Très actif sur le marché des transferts, l'OM n'est cependant pas parvenu à trouver la doublure de Michy Batshuayi, pour de multiples raisons. Vincent Labrune, le président du club marseillais, fait la lumière sur ces échecs répétés.

15 joueurs ont rejoint les rangs de l'Olympique de Marseille cet été, mais les supporters du club olympien auront toujours cet éternel regret de ne pas avoir vu la doublure de Michy Batshuayi pointer le bout de son nez. Elle était attendue, désirée et même annoncée par Michel, le coach espagnol, désireux d'installer un maximum de concurrence à ce poste. Les pistes furent multiples mais ont toutes échoué pour de multiples raisons évoquées par Vincent Labrune dans Le Parisien.

Une meilleure opportunité cet hiver ?

La plus chaude d'entre tous menait à Simone Zaza, l'attaquant italien de la Juventus Turin "susceptible d’apporter un vrai plus" selon le président de l'OM. L'entraîneur de Marseille avait validé la piste, le joueur était intéressé et le club avait entamé les discussions, de quoi aborder les négociations en toute confiance. Sauf qu'entre le début des tractations et la prise de décision de l'international transalpin, l'OM a perdu face à Guingamp... "Des discussions ont été menées avec son club. Soit on parvenait à obtenir son prêt, soit on investissait sur le marché des transferts français. On pensait l’avoir convaincu. Il a demandé vingt-quatre heures de réflexion. La défaite en Bretagne l’a sans doute fait changer d’avis", confie Vincent Labrune.

A LIRE AUSSI >> Ces transferts de dernière minute qui ont foiré

Le lendemain, deux autres noms surgissent, ceux d'Alessandro Matri et d'Emmanuel Adebayor. Et là encore, alors que les différentes parties sont d'accord concernant le transfert du joueur italien, ça coince. La raison ? Michel ne semble pas emballé par les profils ciblés. "Le 29 août au matin, j’ai pris le petit-déjeuner à Milan avec Galliani, le vice-président de l’AC Milan. Tout était OK pour enrôler Matri. Ce profil n’a pas été retenu par notre entraîneur, explique le président de l'OM. Il a également recalé Adebayor. En revanche, il aurait bien aimé Marcus Berg, mais le Panathinaïkos n’était pas vendeur."

Après avoir également manqué le coche pour Wissam Ben Yedder, Olivier Sadran ayant estimé l'offre marseillaise insuffisante, l'OM n'a pas jugé bon d'acheter pour acheter et a "décidé d’attendre une meilleure opportunité cet hiver." Les dirigeants de Marseille tâcheront, cette fois-ci, de préparer suffisamment en amont la venue de l'attaquant tant recherché. Sinon, certains risquent encore de s'impatienter.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter