VIDÉO - Dribbles "insolents", déboires judiciaires, "prosélytisme": quand Neymar suscite la polémique

MERCATO
SULFUREUX - Neymar est resté longtemps entre deux eaux : le cœur à Barcelone mais la tête à Paris. Et alors qu'il vient d'annoncer son départ du Barça, et que l'officialisation de son arrivée au PSG ne devrait pas tarder, LCI vous propose un retour sur les différentes polémiques qui ont émaillé le parcours de la superstar auriverde.

Il tripote le ballon comme personne. Provoque chaque année des lumbagos à ceux qui oseraient le défier sur le pré. Mais au-delà de ses qualités footballistiques de haute volée, Neymar cristallise aussi l'attention médiatique grâce à son caractère bien trempé. Illustration lors de cette fenêtre estivale des transferts : la façon dont le virevoltant attaquant a tardé à dévoiler ses intentions et semblé prendre un malin plaisir à jouer avec les nerfs des supporters, des dirigeants et des médias. Mais voilà, c'est désormais officiel, Neymar quitte la Catalogne pour très certainement rejoindre le PSG et la Ligue 1.


En attendant le dénouement du feuilleton, retour sur les différentes controverses qui ont émaillé la carrière de l'enfant prodige du football brésilien. 

Des déboires avec la justice

Neymar est transféré au Barça en 2013. A l’époque, le club espagnol révèle que la transaction s’élève à 57,1 millions d’euros (40 millions d’euros pour la famille de Neymar et 17,1 millions pour Santos et le fonds d'investissement DIS qui possède 40% des droits du joueur). Mais DIS estime que Neymar et le club blaugrana lui ont volontairement caché la somme exacte du transfert - 83,3 millions d'euros - pour lui reverser moins d’argent. Le fonds d’investissement décide alors de porter l’affaire en justice. 


En définitive, Neymar et son père échappent au procès après avoir trouvé un accord avec le fisc espagnol. Contrairement au président du Barça Josep Maria Bartomeu, qui sera, lui, jugé pour fraude dans les mois qui viennent. 

"100% Jésus"

Comme bon nombre de ses compatriotes, Neymar est très croyant. Jusqu’ici rien d’anormal sauf que… à l’issue de la finale de la Ligue des champions 2015, il décide de fêter la victoire en revêtant un bandeau "100% Jesus". Immédiatement, ses détracteurs fustigent une forme de "prosélytisme religieux" n’ayant rien à faire sur un terrain de football. 


Pas de quoi décourager l’attaquant. En 2016, il récidive après la victoire du Brésil aux Jeux Olympique de Rio. Et ne sera pas condamné par le CIO malgré l’article 50.2 de la Charte olympique stipulant qu’"aucune sorte de démonstration ou de propagande politique, religieuse ou raciale n’est autorisée dans un lieu, site ou autre emplacement olympique".

Un oiseau de nuit

Comme bon nombre de ses compatriotes, Neymar est très fêtard. Et ses sorties passent (évidemment) rarement inaperçues. En mars 2016, il est suspendu pour un match comptant pour les éliminatoires de la Coupe du monde 2018. Si bien que Dunga, sélectionneur du Brésil, lui permet de quitter la sélection. Il n'en fallait pas plus pour que l'attaquant en profite pour passer son temps libre en discothèque. Une sortie dévoilée sur les réseaux sociaux qui n'a vraiment pas plu au FC Barcelone, selon Sportyou.

En juillet 2016, nouvelle polémique : après un match nul contre l'Uruguay (2-2), Neymar décide tout de même d'aller en boîte de nuit. D'aucuns s'offusquent alors rapidement de son attitude, déplorant un manque d'implication du joueur lorsqu'il est en sélection nationale. Mais la réaction du principal intéressé ne se fait pas attendre. "J'ai mes défauts, je ne suis pas parfait, j'aime sortir, m'amuser avec mes amis. Pourquoi je ne pourrais pas faire la fête, je ne vois pas pourquoi, j'y vais indépendamment de toute chose, je ne vois pas le problème", se défend-il lors d'une conférence de presse. 

Un dribbleur irritant

Ses dribbles chaloupés ont fait sa renommée quand il jouait à Santos. Un style de jeu que Neymar a conservé en signant au FC Barcelone. Et qui irrite beaucoup certains de ses adversaires. 


Comme en 2015, lors d’un match Athletic Bilbao-FC Barcelone. Alors que son équipe mène 3-1, Neymar tente un geste technique osé (et pour le moins superflu) pour lober son vis-à-vis. Ce qui suscite l’ire de ses adversaires, prêts à en découdre avec lui. Mais aussi de son entraîneur Luis Enrique qui n’hésite pas à critiquer son attitude à l’issue de la rencontre : "Si j'avais été joueur de l'Athletic, j'aurais réagi de la même manière, voire même pire... Je suis désolé, mais c'est la réalité. Au Brésil, c'est normal, il faut aussi comprendre le contexte, il ne le fait pas pour humilier l'adversaire. Mais c'est difficile à expliquer à quelqu'un qui est en train de perdre". 

De son côté, le joueur reste droit dans ses bottes : "Je ne sais pas pourquoi ils se sont mis en colère contre moi, c'est un dribble comme un autre. Je ne vais pas changer ma façon de jouer".

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Neymar la superstar du PSG

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter