Neymar : la ligue espagnole de football va déposer plainte contre le PSG

PAS CONTENT - Javier Tebas, le président de la ligue espagnole de football, a annoncé ce dimanche son intention de porter plainte contre le PSG pour non-respect des règles du fair-play financier. Une démarche qui ne pourra cependant pas empêcher un éventuel transfert.

222 millions d'euros pour la clause libératoire et 30 millions d'euros par an de salaire. Voilà les montants astronomiques que le PSG pourrait débourser pour s'offrir Neymar, ce qui en ferait le joueur le plus cher de l'histoire. Un transfert record qui pourrait cependant enfreindre les règles du fair-play financier imposées par l'UEFA. Celui-ci impose à tous les clubs le principe de l'équilibre entre les recettes et les dépenses, avec la limite de 30 millions d'euros d'endettement maximum par saison en 2017/2018. 


En raison de ces sommes astronomiques, Javier Tebas, président de la ligue espagnole de football, est persuadé que le PSG n'arrivera pas à respecter ces règles et les contournera grâce à un montage financier alambiqué. Au micro d'une radio espagnole, il a donc annoncé que "la Liga allait déposer plainte". 

Une volonté d'agir immédiatement

Dans un entretien au quotidien sportif espagnol Mundo Deportivo, le président de la ligue a ajouté qu'il allait agir de manière "immédiate". "Le PSG ne peut avoir des comptes où les droits commerciaux du club dépassent ceux du Real Madrid ou du Barça... c'est impossible", s'insurge t-il.


Un président de ligue qui s'immisce dans des affaires de transferts entre deux clubs, la démarche peut paraître originale. Mais l'importance de Neymar en Espagne a poussé Javier Tebas à agir : "C'est une question liée à la compétitition de La Liga, cela concerne aujourd'hui le Barça mais demain cela pourrait être le Real Madrid, ou l'Atlético Madrid", s'est-il défendu. 

"On fera les comptes à la fin"

Pour autant, la plainte de la Ligue espagnole ne pourra pas empêcher l'éventuel transfert de Neymar. En effet, l'ICFC, l'instance disciplinaire qui doit faire respecter le fair-play finacier - et qui a déjà sanctionné le PSG en 2014 -, ne pourra prononcer une nouvelle sanction qu'a posteriori


Dans une interview accordée à L'Equipe le 27 juillet, Andréa Traverso, patron des experts du fair-play financier, a d'ailleurs préféré temporiser : "Il est très difficile de juger ce type d'opération par avance, je ne connais pas leurs plans. Le mercato n'est pas terminé. Ils peuvent prévoir de vendre un, deux, trois ou quatre joueurs pour un montant équivalent ou supérieur. On fera les comptes à la fin." Au moment de faire les comptes, Neymar sera peut-être déjà de l'autre côté des Pyrénées. 

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Le mercato hivernal 2018

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter