Montpellier : Nicollin veut que Stambouli "se barre et vite"

MERCATO

FOOTBALL - Le mercato et son ambiance chaleureuse... A quelques jours de la clôture du marché des transferts, le club de Montpellier ne sait toujours pas s'il va pouvoir vendre Benjamin Stambouli. Ce qui a le don d'agacer son président, Louis Nicollin, toujours aussi direct et sévère lorsqu'il prend la parole.

Il avait essuyé la soufflante de Marcelo Bielsa quelques jours plus tôt, Benjamin Stambouli vient d'être cette fois-ci taclé par Louis Nicollin, son propre président. Ce vendredi, le patron du MHSC a adressé un message à son joueur, qu'il désire voir partir au plus vite. "Quand quelqu'un me donne sa parole, je veux qu'il la respecte, a déclaré "Loulou" à eurosport.fr. On s'est mis d'accord et il ne part toujours pas. Il voulait partir, il faut qu’il aille au bout maintenant." "Qu'il se barre, et vite !", a-t-il même enchaîné avec une cette violence verbale qu'il entretient depuis quelques années maintenant.

Ce statu quo qui perdure ces derniers jours dans le Sud de la France agace profondément Nicollin notamment parce que Stambouli, lié avec Montpellier jusqu'en juin 2015, pourrait partir gratuitement l'an prochain. "Marseille est le seul club qui s'est manifesté et avec lequel on s'est mis d'accord mais apparemment, il ne veut pas y aller." Le milieu de terrain, qui prétextait ces derniers jours ne pas vouloir rejoindre l'OM de crainte d'y jouer en défense, aurait en fait donné sa préférence à Swansea et la Fiorentina. "C'est bien beau mais on n'a pas de nouvelles de ces deux clubs. Rien", rétorque le président montpelliérain.

Trois jours pour trouver une solution

Et en attendant un signe de vie potentiel des Anglais ou des Italiens, le joueur va être, comme la semaine passée, absent du groupe professionnel pour la journée de Ligue 1, ce samedi à Nantes. "Oui, ça a une tendance à vraiment m'irriter, je ne suis pas content", a renchéri Nicollin, dont la rancune semble visiblement tenace à l'égard du footballeur de 24 ans.

Un joueur à qui il reste un tout petit peu plus de trois jours (le marché se clôture lundi à minuit) pour trouver une solution idéale. Dans le cas contraire, il passera certainement sa dernière saison du côté de la Mosson, la cinquième d'affilée en professionnel, dans un climat pas forcément pacifique. Les joies du mercato...

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter