Où pourrait rebondir Hatem Ben Arfa après avoir quitté Nice ?

Où pourrait rebondir Hatem Ben Arfa après avoir quitté Nice ?

MERCATO
DirectLCI
FOOTBALL - C'est désormais une certitude : Hatem Ben Arfa n'évoluera pas sous le maillot de l'OGC Nice cette saison. Quelles autres pistes s'offrent à lui alors que le mercato d'hiver vient de fermer ses portes ? Tour d'horizon.

"Il a dans la tête d'arrêter le football" , affirmait mardi soir Maître Jean-Jacques Bertrand au sujet de son client, Hatem Ben Arfa. Mais, une nuit de repos et un dernier entraînement à Nice plus tard, le joueur, à qui la FIFA a interdit de jouer avec les Aiglons , annonçait sa décision de rompre son contrat avec l'OGCN et... sa volonté de poursuivre sa carrière . "Il va falloir voir autre chose, partir à l'étranger. Je ne me suis pas encore penché sur ces questions-là. J'ai des rendez-vous, on va discuter de ça. Il y a beaucoup de critères à prendre en compte. Je déciderai d'ici une semaine, dix jours", lâchait-il ce mardi en conférence de presse. Avant que son désormais ex-entraîneur, Claude Puel, ne précise : "Il va aller dans un endroit où on va le laisser un peu tranquille." D'accord, mais où ?

Concrètement, les solutions s'offrant à l'enfant terrible du football français ne sont pas légion, au lendemain de la clôture du mercato d'hiver. Mais elles ont le mérite d'exister. Un retour en Angleterre, par exemple, reste de l'ordre du possible puisque, contrairement à la FIFA, la Fédération anglaise ne considère pas comme "officiel" le match disputé par Ben Arfa avec les moins de 21 ans de Newcastle en début de saison. Plusieurs joueurs se trouvant dans le même cas de figure que l'attaquant mais ayant rallié un autre club anglais ont en effet été autorisés à jouer là-bas. Mais quel pensionnaire de Premier League, même mal classé, prendrait le pari de donner une énième chance à un tricard que ses ex-entraîneurs n'hésitent pas à tacler dès que l'occasion se présente ?

Une oasis dans le désert ?

Dans cette idée de tranquillité exprimée par Puel, le Français ferait sans doute mieux de se tourner vers un Championnat se déroulant sur l'année civile, comme celui des États-Unis qui débute dans un mois et figure un eldorado pour les Européens en disgrâce. Son mercato ouvre ses portes dans 15 jours... La Russie et ses clubs dopés aux capitaux de leurs richissimes actionnaires représentent un autre point de chute potentiel, avec un marché des transferts qui fermera ses portes le 27 février. À moins que Ben Arfa ne se laisse tenter par une lucrative parenthèse dans le Golfe persique. Il faut se souvenir que, l'été dernier, le Français avait été annoncé à Al-Sadd, au Qatar, où le mercato se termine le 18 février. Et qu'Al Jazira, le club d’Abu Dhabi, est entraîné par un certain Erik Gerets. Le Belge qui le calmait à coups de bisous lorsque les deux hommes officiaient ensemble à Marseille en 2008-09. L'une des meilleures saisons de sa carrière.

Sur le même sujet

Lire et commenter