Pourquoi le mercato du PSG va rester au point mort

MERCATO

TRANSFERTS - Depuis l'arrivée du Qatar à sa tête en 2011, le Paris Saint-Germain a pris l'habitude d'envoyer du lourd lors de chaque mercato, y compris celui d'hiver. Mais, depuis, le fair-play financier est passé par là et de nombreuses questions pèsent désormais sur les futurs recrutements du club de la capitale. Metronews y répond.

Maxwell, Alex et Thiago Motta en 2012, Lucas et David Beckham en 2013, Yohan Cabaye en 2014. Tous sont arrivés au PSG durant le mercato d'hiver. Et, forcément, les supporters parisiens s'attendent encore à voir un renfort débarquer en janvier cette saison. Pourtant, rien ne semble bouger et les interrogations au sujet du mercato actuel, mais également du prochain, se multiplient. Metronews fait le point sur la situation.

Y a-t-il des "mouvements" prévus cet hiver ?
C'est ce qu'avait annoncé Laurent Blanc il y a deux semaines , parlant même de "prêts, d'achats et de ventes"... avant de se raviser dimanche. Canal+ affirmait pourtant sur son antenne, juste avant PSG-Montpellier (0-0 le 20 décembre), que les sanctions qui frappent le club dans le cadre du fair-play financier seraient levées dès cet hiver. Alors ? "Aujourd'hui, on n'a pas les moyens d'acheter des joueurs. On n'a rien, assure à metronews une source proche de la direction parisienne. Les restrictions de l'été dernier nous sont encore imposées cet hiver. On n'est pas dans une situation financière forte. Si on ne vend pas de joueur, on ne peut pas acheter. Il y a deux semaines, Blanc n'avais sans doute pas bien réalisé la chose. Donc il faudrait vraiment qu'un club arrive avec une offre monumentale pour qu'on commence à réfléchir. Et encore, si c'est un joueur qu'on veut bien laisser partir. Donc, honnêtement, il ne devrait rien se passer du tout."

Adrien Rabiot va-t-il être prêté ?
Rien, vraiment ? Notre source nuance : "Aucun joueur n'a demandé à partir cet hiver, en dehors de Rabiot, qui veut aller jouer à Tottenham." Un joueur prometteur de 19 ans qui, fin octobre, a prolongé son contrat jusqu'en 2019 ... Mais au fait, dispose-t-il bien, dans son nouveau bail, d'une clause l'autorisant à partir en prêt sans option d'achat  ? "Oui, cette clause existe, et elle pourrait lui permettre de partir. Le problème, c'est que le coach veut le retenir. C'est un dossier compliqué. Ça va se décider là, dans le courant du mois." En attendant de savoir, précisons que, si cette transaction se réalisait, Paris ne pourrait compenser ce départ que par un prêt, fair-play financier oblige.

Les sanctions du fair-play financier seront-elles allégées l'été prochain ?
Là-dessus, on lit tout et son contraire. Le 18 décembre, Le Parisien assurait , par exemple, que l'UEFA redonnera cet été au PSG une marge de manœuvre plus conséquente sur le marché des transferts. Mais du côté de la direction du club, le son de cloche est tout autre. Et catégorique : "Non, il n'est pas du tout prévu que les limitations imposées dans notre recrutement soient allégées cet été. L'UEFA réfléchit simplement à prendre en compte les différences de charges sociales d'un pays à un autre. À masses salariales équivalentes, nous payons 50 millions d'euros de plus qu'un club allemand. L'idée serait donc d'harmoniser cela et aussi, peut-être, de regarder le niveau d'endettement (et plus le seul déficit comme actuellement, ndlr). Mais on peut penser que, dans ce cas, l'UEFA limiterait le recrutement des clubs concernés, comme le Real Madrid. Ça ne changerait rien pour le PSG." Un club sans dettes mais qui devra donc toujours veiller à l'équilibre de ses comptes.

Lire et commenter