PSG : Laurent Blanc ouvre la porte à une arrivée d'Hazard et à un départ d'Alex

MERCATO
DirectLCI
MERCATO - Les confidences de Laurent Blanc sont rares et n'en sont que plus précieuses. Ce vendredi, l'entraîneur du PSG a levé le voile sur la façon dont le club prépare le prochain marché des transferts, perturbé par le fair-play financier, tout en évoquant les mouvements à venir.

Ceux qui fréquentent assidûment le Camp des Loges, le centre d'entraînement du PSG, savent que Laurent Blanc n'aime pas évoquer les affaires du mercato. D'abord parce qu'il n'est pas décideur dans ce domaine mais aussi parce qu'il sait que la moindre déclaration publique peut faire capoter un transfert. Seulement, maintenant que la saison est terminée, et dans le cadre d'un entretien d'une heure accordé au Parisien ce vendredi , la langue de l'entraîneur du PSG s'est déliée.

"La saison prochaine, il faudra des changements, pas des chamboulements. Ce sera entre deux et quatre recrues", annonce-t-il. On le sait, la priorité absolue du club de la capitale est de recruter un attaquant gauche . Le quotidien a alors demandé au technicien pourquoi il aimait tant Eden Hazard. Une question évidemment tournée pour obtenir des propos croustillants. Mais le coach, rompu au code de la communication, aurait très bien pu décider de ne pas répondre, ou à côté. Au contraire, il a choisi de déclarer sa flamme à l'ailier belge de Chelsea.

"On peut penser qu'Alex va partir"

"On peut discuter de tout, du système, des qualités individuelles ou collectives mais un joueur capable d’éliminer trois, quatre joueurs à n’importe quel moment d’un match, c’est autre chose, s'enflamme-t-il. Eden Hazard est un de ces joueurs qui élimine. On ne sait pas à quoi s’attendre avec lui. Il déstabilise l’adversaire. Mais je peux aimer un joueur tout en sachant très bien que je ne l’aurai pas (sourire)." La dernière fois que Blanc s'était montré aussi élogieux, c'était à l'égard de Cabaye, quelques semaines avant qu'il ne signe à Paris .

L'entraîneur admet cependant que "le fair-play financier va un peu nous gêner" et qu'il faudra cette fois jongler avec ces nouvelles contraintes  : "Aujourd’hui, tout le monde est content et heureux, mais cela peut évoluer. Ménez va partir. On peut penser qu’Alex, qui est aussi en fin de contrat, va partir, même si le dossier est plus complexe. Mais il y aura peut-être aussi des mouvements avec des joueurs sous contrat. On va essayer de connaître leurs intentions pour anticiper. On y a travaillé toute la semaine."

"On" ? Mais qui fait le mercato du PSG depuis la démission de Leonardo il y a un an ? "Je travaille avec Nasser Al-Khelaifi (le président, ndlr) et Olivier Létang (le directeur sportif adjoint, ndlr), a-t-il détaillé. On va d’abord cibler les secteurs de jeu où on veut recruter et proposer trois solutions. Je donne les noms, après il y a des gens plus à même de gérer les négociations et les contrats. Je n’ai jamais prétendu vouloir faire le mercato. Mais je veux avoir mon mot à dire. Comme il ne faut pas beaucoup de joueurs, il nous faut des éléments de qualité qui nous fassent franchir un cap."

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter