Zlatan voulait prolonger mais Al-Khelaïfi a refusé

Zlatan voulait prolonger mais Al-Khelaïfi a refusé

DirectLCI
MERCATO - La star suédoise de 33 ans s'était entretenue avec son président le mardi 16 juin au Qatar. On en sait désormais plus sur ce qui s'est dit durant ce rendez-vous au sommet.

Casquette noire vissée sur le crâne et enfant assis sur les genoux, Zlatan Ibrahimovic était d'apparence plutôt détendu autour de la table des négociations, ce mardi 16 juin à Doha. "Il a un relationnel assez fort avec Nasser et il avait besoin de discuter avec lui, nous avait indiqué une source proche du PSG . Il n'a pas eu beaucoup de moments pour ça dans l'année alors il en a profité. Il n'est pas venu pour négocier, c'était sur le chemin de ses vacances." On avait insisté puis obtenu un évasif : "Oui, des points de son contrat ont pu être revus." Lesquels, au juste ? Le quotidien Le Parisien dissipe finalement ce mystère ce vendredi.

Prétendant avoir une offre de l'AC Milan en main , l'agent de la star, Mino Raiola, avait en fait demandé ce jour-là une prolongation du bail de son poulain – se terminant en 2016 – au dirigeant qatari. Lequel lui a opposé une fin de non-recevoir et s'est même refusé à proposer au Suédois un poste au sein de l'organigramme du club à l'issue de cette échéance. Soucieux de ne pas insulter l'avenir, Nasser Al-Khelaïfi a toutefois accepté l'idée d'accéder éventuellement à ces demandes si l'attaquant réalise une saison 2015-16 digne de ces deux premières dans la capitale. Car, si Ibracadabra a tout de même marqué 19 fois et distillé 6 passes décisives lors de l'exercice qui vient de s'achever, son âge (33 ans) et ses récents pépins physiques peuvent laisser craindre que la magie n'opèrera plus.

Des primes requalifiées en salaire fixe

Notons cependant que le joueur et son agent ne sont pas rentrés bredouilles : la baisse de 20% de ses émoluments prévue la dernière année de son contrat (il touchait 1,3 million d'euros brut par mois jusqu'alors) sera compensée par un montage consistant à requalifier certaines de ses primes d'objectif en salaire fixe. À titre d'exemple, Zlatan n'aura désormais plus besoin d'inscrire "le meilleur total de buts plus passes décisives en Ligue 1" pour toucher 1,5 millions d'euros supplémentaires. De quoi lui permettre de ne pas se soucier des conséquences financières d'éventuelles contre-performances à venir. Au final, le président parisien l'a joué plutôt fine, trouvant un moyen de motiver sa star... sans la démotiver.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter