Canicule : à quoi correspond le niveau 3, activé dimanche à Paris ?

Météo

Toute L'info sur

Canicule : la France face à une vague de chaleur exceptionnelle

INTENSE CHALEUR - C'est à compter de ce dimanche que le niveau 3 du plan départemental de gestion de la canicule est activé à Paris.Quelles sont les mesures prévues dans ce cadre ?

Alors que les prévisionnistes annoncent un record de chaleur en France la semaine prochaine, les grandes villes s'organisent. A Paris, le préfet d'Ile-de-France a annoncé, dans un communiqué, que l'activation du niveau 3 "alerte canicule" du plan départemental de gestion de la canicule est effective à compter de dimanche. Ce jour-là, les températures commenceront à monter significativement, les prémices d'un épisode exceptionnel qui doit durer "a minima six jours", selon Météo-France. 

De quoi s'agit-il ? Le plan canicule, tel qu'il a été actualisé en 2017, prévoit quatre niveau d'alerte. Le premier, "veille saisonnière", se cantonne à l'information préventive ; le second, dit "avertissement chaleur", est déclenché lors d'un "épisode de fortes chaleurs qui nécessite une attention, voire des mesures particulières". Concrètement, cette "vigilance jaune" est activée lorsqu'un pic de chaleur intense est détecté, dépassant les seuils d'alerte, mais se limitant à un ou deux jours. Elle anticipe notamment la communication auprès du public, coordonnée par les Agences régionales de santé (ARS), ainsi qu'un éventuel passage en niveau 3. Les deux premiers seuils ne sont pas activés par le préfet. 

Lire aussi

Alerte canicule

C'est en revanche à l'initiative du préfet que le niveau 3 peut être activé, comme ce lundi, lors d'un passage en "vigilance orange" sur la carte de Météo-France (marquée d'un pictogramme en forme de thermomètre). Au-delà de deux jours de forte chaleur - comme cela devrait être le cas pour la semaine prochaine -, le préfet peut lancer les mesures prévues dans le Plan de gestion d'une canicule départemental (PGCD), avec l'appui de l'Agence régionale de Santé (ARS). Dans cette phase d'alerte, un suivi quotidien des indicateurs, notamment sanitaires, est effectué, et les autorités peuvent si nécessaire avoir recours à la mobilisation de la "réserve sanitaire", à savoir des professionnels de santé qui se rendent disponibles en cas de crise pour renforcer les structures de soins ou médico-sociales saturées. Selon l'ampleur du phénomène, le Premier ministre peut également activer la Cellule interministérielle de crise. Le niveau 3 prévoit une campagne de prévention, le déclenchement du Plan bleu dans les établissements accueillant des personnes âgées et un numéro Canicule info service (0800 06 66 66). 

En juillet 2018, le préfet de Paris avait activé le niveau 3 dans la capitale. A l'échelle de la mairie, le fichier Chalex doit permettre aux personnes les plus fragiles qui se signalent (appel au 3975) en amont d'être suivies durant l'épisode de chaleur. Le dispositif "Ne répond pas 4 fois" permet d'alerter les services lorsqu'une personne n'a pas répondu au téléphone à quatre reprises en 48 heures. Des salles "rafraîchies" sont également mises à disposition (notamment dans les mairies d'arrondissement) de 14 à 18 heures, ainsi que des véhicules climatisés pour acheminer les personnes vers ces lieux. 

Vigilance rouge

Au delà, c'est le niveau 4, le plus élevé, qui peut être activité par les autorités. Il correspond à une canicule exceptionnelle, "très intense et durable", accompagnée d'épisodes de sécheresse, de saturation des hôpitaux, pannes d'électricité ou encore feux de forêt et problématiques d'approvisionnement en eau. 

Le pilotage de ce dispositif, qui peut se traduire par l'arrêt de certaines activités et l'aménagement du temps de travail, peut être confié à un ministre par le chef du gouvernement. 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter