Douche froide, ventilateur, boissons chaudes : face au pic de chaleur, des réflexes pas toujours judicieux

Quand les températures grimpent et flirtent avec les 40 degrés, tous les moyens sont bons pour réussir à se rafraîchir. Pourtant, certains réflexes peuvent vite devenir contre-productifs.
Météo

À LA LOUPE – Quand les températures grimpent et flirtent avec les 40 degrés, tous les moyens sont bons pour réussir à se rafraîchir. Pourtant, certains réflexes peuvent vite devenir contre-productifs.

Météo France a prévenu : un "nouvel épisode caniculaire" a commencé jeudi 6 août, "affectant une grande partie du pays". La journée de vendredi devrait être la plus chaude, avec des "maximales de 35 à 40°C, très localement 41°C sur le Poitou-Charentes et l'ouest de l'Occitanie". Ces températures en hausse, si elles font sans doute le bonheur des vacanciers au bord de la mer, peuvent néanmoins s'avérer difficile à supporter, notamment en ville, surtout lorsqu'elles durent plusieurs jours d'affilée. 

Chacun ses méthodes pour s'en prémunir et tenter de se rafraîchir, mais toutes ne sont pas efficaces, loin de là. LCI fait le point.

La douche, plutôt fraîche ou froide ?

Lorsque l'on souffre de la chaleur, prendre une douche froide est tentant. "Rafraîchissez-vous et mouillez-vous le corps (au moins le visage et les avants bras) plusieurs fois par jour", recommande d'ailleurs Santé Publique France. Si l'effet rafraîchissant de l'eau est bénéfique, il convient toutefois d'éviter une température trop froide. 

Lire aussi

Si l'eau de la douche est glacée, le corps réagit et veille à ce que la température corporelle ne chute pas trop fortement. En cas d'écart de chaleur avec l'eau trop élevé, attention au risque de choc thermique, qui peut entraîner une hausse de la tension, le ralentissement du cœur et conduire au malaise. En résumé, privilégiez donc une eau tiède et soyez prudent lors des baignades en extérieur, où les chocs thermiques sont fréquents et potentiellement dangereux car ils font courir des risques de noyade. 

Boire beaucoup ? Privilégier les boissons chaudes ?

Doit-on boire davantage quand le mercure grimpe ? S'il est important de compenser l'eau perdue via la respiration ou la transpiration et de prévenir toute forme de déshydratation, boire trop d'eau n'est pas non plus conseillé. En temps normal, il est généralement conseillé de consommer 1,5 litre par personne et par jour. Jusqu'à deux litres lors de fortes chaleurs. 

Une consommation d'eau excessive peut se révéler néfaste, voire dangereuse, en particulier pour les personnes âgées. Le taux de sel dans le sang peut en effet chuter, et aboutir à un trouble nommé l'hyponatrémie. Nausées, vomissements, divers symptômes le caractérisent, il peut mener dans le pire des cas au coma ou au décès.

Concernant la température idéale des boissons, le nutritionniste Xavier Bigard a expliqué à Libération que l'idéal est de 12 à 14 degrés. Boire chaud est en effet susceptible de provoquer une sudation importante, qui aura le mérite de libérer la chaleur du corps mais également synonyme de potentielle déshydratation. À l'inverse, boire trop froid va envoyer un signal trompeur à votre corps, qui va freiner la sudation et n'aidera donc par à se rafraîchir efficacement. 

Un ventilateur pour dormir ?

Accessoires incontournables de l'été, les ventilateurs sont pris d'assaut dans les commerces d'électroménager dès qu'approchent des épisodes caniculaires. Si le filet d'air qu'il diffuse rend vos nuits moins torrides et étouffantes, il risque néanmoins de ne pas être un bon allié pour accompagner votre sommeil.

En effet, il risque de dessécher les yeux, la gorge ainsi que les sinus. Le corps, en réaction, a tendance à produire un excès de mucus pour réhumidifier les fosses nasales. En conséquence, vous risquez de vous réveiller avec le nez bouché et des maux de tête. Sans compter que les ronflements provoqués par votre nez bouché risquent également de perturber votre sommeil, ainsi que celui de votre voisin ou voisine de matelas.

Un ventilateur peut par ailleurs accentuer le risque de déshydratation et entraîner des douleurs musculaires au réveil. Enfin, il est encore plus déconseillé pour les personnes souffrant d'allergies. L'air, brassé, va également véhicules des agents allergènes tels que les poussières, les pollens ou les poils d'animaux. Dormir le nez dans le ventilo ? À oublier.

Toute l'info sur

L'info passée au crible

Vous souhaitez réagir à cet article, nous poser des questions ou nous soumettre une information qui ne vous paraît pas fiable ? N'hésitez pas à nous écrire à l'adresse alaloupe@tf1.fr.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent