La Guadeloupe et la Martinique paralysées par une "brume de sable"

Les Caraïbes sont enveloppées par un phénomène de "brume de sable".
Météo

PHÉNOMÈNE MÉTÉO - Un nuage de poussières stagne sur les Caraïbes depuis plusieurs jours. Ce phénomène, venu du désert du Sahara, répond au nom de "brume de sable". Il réduit la visibilité et gêne la respiration.

On l'appelle "brume de sable". Depuis samedi 20 juin, la Guadeloupe et la Martinique, ainsi qu'une bonne partie des Caraïbes, sont confrontées à un nuage de fines poussières qui stagne sur la région. Selon Météo France, le phénomène météo, venu du Sahara, a traversé l'océan Atlantique jusqu'aux Caraïbes, porté par les alizés, qui soufflent du nord-est vers le sud-ouest. "Un transport massif de sable s'est mis en place entre l'Afrique et l'Amérique. Des fines poussières sont arrachées par des vents forts soufflant sur le désert du Sahara", note le service officiel de la météorologie et de la climatologie en France. 

Si le phénomène est "classique", il est pourtant "rare de voir des concentrations aussi importantes gagner la mer des Caraïbes et atteindre les côtes mexicaines", détaille Météo France. Cet épisode, qui perdure depuis plusieurs jours, a pour conséquences de réduire fortement la visibilité et de rendre l'air difficilement respirable pour les plus vulnérables. 

L'indice ATMO, qui mesure la qualité de l'air, est classé en rouge (de mauvais à très mauvais) en Guadeloupe. Dans son communiqué en date du 22 juin, Gwad'Air, association de surveillance de la qualité de l'air pour le territoire français, alerte sur un dépassement "du seuil d'alerte de 80 microgrammes par mètre cube" de particules fines. Lundi, 258 microgrammes par mètre cube ont notamment été relevés à la station de Basse-Terre, et 245 microgrammes à Pointe-à-Pitre.

En Martinique, MadininAir, association agréée pour la surveillance de la qualité de l'air dans la région, informe que le nuage de poussières "devrait continuer de survoler notre territoire et engendrer des concentrations élevées en particules fines dans l'air, supérieures au seuil sanitaire." De fait, il est recommandé aux personnes sensibles et vulnérables de limiter les déplacements et les activités sportives. Si besoin, elles sont invitées à consulter un médecin. L'alerte rouge reste en vigueur jusqu'à mercredi.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent