Existe-t-il un risque de cyclones en France métropolitaine ?

Météo

Toute L'info sur

L’ouragan Dorian, l’un des plus violents de l’histoire de l’Atlantique

DORIAN - Après avoir dévasté les Bahamas, l’ouragan Dorian se dirige à présent vers les côtes américaines. S'il n'existe évidemment pas de "saison des cyclones" en Europe, la France métropolitaine n'est pas pour autant exempte de phénomènes proches des ouragans tropicaux. Explications.

Des vents à plus de 300 km/h, des pluies diluviennes et une mer déchaînée, les Bahamas ont été frappées ces dernières heures par l’ouragan Dorian, un phénomène météo dévastateur qui est aussi l’une des caractéristiques du climat tropical. Après avoir touché la côte est des Etats-Unis, l’ouragan sera repris dans la circulation générale. Concrètement, il va remonter dans l’hémisphère Nord et le courant d’ouest qui domine dans cette partie de l’Atlantique va alors le « pousser » vers l’Europe de l’ouest. Rencontrant des eaux plus froides que dans les Caraïbes, il perdra rapidement ses caractéristiques tropicales pour devenir une simple dépression. Ainsi, il est fort probable que  le temps se dégrade avec de la pluie et du vent, des conditions météo automnales tout à fait classiques, sur un ou plusieurs pays d’Europe (Grande-Bretagne, Portugal, Scandinavie…) d’ici une semaine.

Plusieurs cas de cyclones aux portes de l’Europe

Outre l’arrivée des restes de cyclones - ou d’ouragans, il s’agit du même phénomène - jusqu’en Europe, des cyclones peuvent également se former aux portes du Vieux Continent. C’est qui se passa avec l’ouragan Ophélia en octobre 2017. Après avoir vu le jour au large des Açores, il a parcouru un périple de plus de 1200 km en devenant ouragan de catégorie 1 puis 2. Il toucha l’Irlande après avoir perdu ses caractéristiques tropicales, avec des vents proches de 190 km/h et provoquant la mort de 3 personnes. 

Même cas de figure l’année suivante, en octobre 2018, avec l’ouragan Leslie. De catégorie 1, il est né au milieu de l’Atlantique et a touché les côtes portugaises avec des rafales proches de 130 km/h. Soit une puissance sans comparaison possible avec les   ouragans dans les zones tropicales. Dans ces régions, les rafales de vent sont souvent beaucoup plus puissantes et s’accompagnent également de pluies diluviennes.

La Méditerranée a ses propres ouragans

En France, c’est essentiellement du côté de la Méditerranée que vient le danger et particulièrement au cours de la saison automnale. C’est à cette période de l’année qu’un phénomène appelé "medicane" (contraction de "Méditerranée" et " hurricane", ouragan en anglais) peut se former, défini par les météorologues comme un "cyclone subtropical méditerranéen". Pour qu’il prenne naissance, il faut notamment, comme pour les ouragans en zone tropicale, une température de l’eau suffisamment chaude (au moins 24°C contre 26°C pour un ouragan). Ses caractéristiques sont également identiques aux ouragans sauf pour son envergure qui ne dépasse pas quelques dizaines de kilomètres alors que Dorian, lui, dépasse les 500 km de diamètre. De même, sa durée de vie est généralement beaucoup plus courte. 

Pour retrouver ce type de phénomène sur les côtes françaises, il faut ainsi remonter à novembre 2011. Le littoral du Var et des Alpes-Maritimes avait alors essuyé des rafales de vent proches de 160 km/h et des pluies intenses, jusqu’à 250 mm dans le secteur de Bormes-les-Mimosas. D’autres medicanes ont touché la Grèce en septembre 2018, Malte en octobre 2016 ou encore la Sardaigne en novembre 2013 avec à la clé, d’importants dégâts. Ce phénomène, qui reste rare, est aussi difficile à prévoir qu’un ouragan.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter