16 fois le débit de la Seine ! Ces chiffres qui montrent que l'épisode cévenol du Gard est exceptionnel

16 fois le débit de la Seine ! Ces chiffres qui montrent que l'épisode cévenol du Gard est exceptionnel
Météo

EN CHIFFRES - Des rivières qui débordent en quelques minutes avec des débits multipliés par... 600. Localement, l'épisode cévenol qui a frappé le nord du Gard samedi a atteint des valeurs exceptionnelles. En voici quelques unes.

Les violents orages et les trombes d'eau qui ont frappé le Gard samedi ont pris par surprise une partie des habitants tant la violence et la soudaineté des précipitations fut importante. Si, heureusement le bilan  n'a rien à voir avec les inondations des 8 et 9 septembre 2002 (22 personnes décédées, 299 communes du département touchées), ces précipitations ont - localement - été exceptionnelles par leur intensité, chiffres à l'appui.

Lire aussi

360 mm de pluie en trois heures, un record inédit en France

Valleraugue, dans les Cévennes, figure parmi la vingtaine de localités les plus touchées. Les précipitations se sont révélées totalement hors normes au cours de cet épisode cévenol : selon l'Observatoire Keraunos, environ 450 mm de pluies ont été enregistrés en douze heures. Le record cependant n'a pas été battu. Il date du 27 septembre 1900 avec 980 mm en dix heures. 

En 24 heures, le cumul affiche lui un total de 718 mm, dont 360 mm en seulement 3 heures, ce qui est inédit en France en si peu de temps. Il est équivalent à plus de deux fois ce qu'il est tombé depuis le 1er janvier à Clermont-Ferrand ou Paris. Des valeurs remarquables ont également été relevées à Saumane avec 437 mm de pluie ou encore au Vigan avec 378 mm. 

Le débit de l'Hérault multiplié par... 600

Conséquence logique de ces précipitations extrêmes, des crues éclairs se sont produites sur les bassins de certains cours d'eau cévenols. Ainsi, l'Hérault à Valleraugue a gagné plus de 5 m en quelques heures seulement. Un peu plus loin, à Laroque, au plus fort de la montée des eaux, l'Hérault a eu un débit de 1200 m3/s soit une côte de 8,63 m. Il était à 2 m3/s samedi matin, avec une côte de 4 cm. 

D'autres cours d'eau ont connu également des crues très rapides tels que le Gardon de Saint-Jean-du-Gard qui est monté de près de 4 m en seulement 30 minutes, un niveau identique à celui enregistré lors des fortes pluies de 2002. Et à Anduze, en aval de la zone où les pluies sont tombées, le Gardon a culminé vers 16h à 7.40 m, avec un débit de 1800 m3/s . Par comparaison, ce 19 septembre, la Seine à Paris avait un débit de... 111 m3/s soit 16 fois moins ! "Cette puissance générée en un laps de temps très court explique les nombreux dégâts constatés particulièrement dans cette zone", souligne Guillaume Woznica. 

5000 éclairs en deux heures !

Autre chiffre qui souligne la violence de cet épisode cévenol : la région a subi des orages sans discontinuer durant plus de 10h, avec une activité électrique remarquable, de plus de 11.000 éclairs en 6h, dont 5.000 en 2h seulement entre 12h et 14h, au plus fort de l'activité, indique l'observatoire Keraunos.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Attentat de Conflans : le terroriste a payé un collégien pour identifier Samuel Paty

EN DIRECT - Covid-19 : un confinement de deux semaines décrété au Pays de Galles

Qui est Ludovic B., l'homme soupçonné du meurtre de Victorine Dartois ?

CARTE - Covid-19 : à quel stade en est l'épidémie, département par département ?

Tempête Barbara et épisode cévenol : à quoi s’attendre à partir de mardi ?

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent