10°C perdus en 24h, retour des gelées… La fraîcheur s’installe mais pour combien de temps ?

Les prochains jours seront marqués par le retour d'un temps automnal sur l'ensemble de la France

TEMPERATURES - Après la remarquable observée jusqu'au 18 novembre, le mercure chute nettement pour retrouver des valeurs un peu plus conformes pour la saison. Cette relative fraîcheur qui s’installe est-elle pour autant synonyme de plongeon dans l’automne ?

Il flottait un air d’été indien, ce mercredi après-midi dans la plupart des régions avec des températures souvent situées 5°C au-dessus des normales de saison et même jusqu’à 9°C au Pays Basque. De Biarritz à Hendaye en passant par Saint-Jean-de-Luz, le seuil de chaleur a même été atteint avec 25°C à l’ombre, une valeur digne… d’un mois d’août ! Mais changement de programme à partir du jeudi 19 novembre, avec le passage d’une perturbation atténuée. C’est à l’arrière des nuages et quelques pluies qu’elle apporte qu’un air nettement plus frais va s’engouffrer, le mercure perdant alors jusqu’à 10°C en l’espace de 24 heures.

Des valeurs de saison à partir d’aujourd’hui…

Mais comme nous partons de très haut, nous allons tout simplement retrouver un niveau dit de saison. Cet après-midi, les maximales s’échelonneront de 8°C dans le Cantal à 20°C sur les bords la Méditerranée avec une moyenne autour de 12 à 14°C. Il fera 14°C à Biarritz contre 24 hier, 11 à Clermont-Ferrand contre 21 hier ou encore 10°C à Nancy contre 16 hier après-midi. Cette fraîcheur s’accentuera la nuit prochaine avec des minimales s’approchant du zéro degré vendredi matin dans les campagnes du nord, du centre et de l’est du pays. En cours de journée, les valeurs peineront à remonter avec moins de 10°C sur les deux tiers nord-est du pays et se situeront alors un peu en dessous des normales saisonnières. 

Météo-France prévoit ce vendredi après-midi 7°C à Langres, 8 à Aurillac, Dijon et Langres, 9 à Bourges, 10 à Paris, Lille et Tours, 12 à Nantes et Toulouse et jusqu’à 18°C tout de même entre la Côte d’Azur et la Corse. Si les maximales se stabiliseront pour le week-end, les températures du lever du jour continueront en revanche de chuter. De fréquentes gelées matinales sont ainsi attendues du sud-ouest aux régions de l’est avec de -3 à 0°C sous abri. La grisaille du nord-ouest et l’influence méditerranéenne dans le sud-est limiteront la baisse dans ces régions. 

…et pour toute la semaine prochaine

Avec un anticyclone toujours positionné des Açores à l’Europe centrale, la semaine prochaine s’annonce calme et avec des températures qui n’évolueront quasiment pas. Elles resteront ainsi proches des normales de saison avec une fraîcheur matinale - normale à cette période de l’année - et quelques gelées du sud-ouest au nord-est. En cours d’après-midi, les maximales s’établiront autour des 10°C en moyenne, un peu moins pour le Grand Est et un peu plus pour l’ouest. En Méditerranée, les 15°C pourront encore être atteints. 

Ces températures de saison mettent fin à une douceur récurrente depuis le début du mois. Outre la journée d’hier, c’est toute la première quinzaine qui a connu des températures largement supérieures aux normales de saison. Avec une anomalie de +2,8°C, elle se place ainsi au 3e rang des plus chaudes derrière 2015 (+3,7°C) et 2011 (+3°C). Dans ces conditions, l’année 2020 continue d’accroître son avance sur 2018, année la plus chaude en France jusqu’à présent. La température en moyenne sur la France et sur les 11 premiers mois devrait ainsi atteindre 14,8 °C contre 14,5°C il y a deux ans, dépassant la normale de 1,5 à 1,6 °C. Il est donc de plus en plus probable que 2020 prenne la première place sur le podium des années les plus chaudes depuis 1900…

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EXCLUSIF - "J'ai vu la mort arriver" : Romain Grosjean raconte son effroyable accident

EN DIRECT - Ski à l’étranger à Noël : Castex envisage des contrôles aléatoires et un "isolement de 7 jours"

Roumanie : un mystérieux monolithe métallique découvert, semblable à celui trouvé dans l'Utah

Allemagne : une voiture percute des passants dans une zone piétonne, cinq morts et plusieurs blessés

"Il faut rembourser la dette" : Bruno Le Maire esquisse la fin du "quoi qu'il en coûte"

Lire et commenter