Alerte à la neige dans le Sud-Est : on vous explique le phénomène d’isothermie

Alerte à la neige dans le Sud-Est : on vous explique le phénomène d’isothermie
Météo

Toute L'info sur

Météo des neiges

NEIGE - Jeudi, à la mi-journée, la neige a pris le relais de la pluie dans la région de Valence (Drôme) et plus largement entre Lyon et Montélimar En cause : le phénomène d’isothermie. Explications.

Elle était annoncée, elle tombe désormais jusqu’en plaine ! Alors qu’elle ne concernait que le relief ce matin, la neige a remplacé la pluie depuis la mi-journée en vallée du Rhône. Jusqu’à 20 cm sont attendus en plaine - et 30 à 40 cm dès 400 mètres d’altitude - entre cet après-midi et la nuit prochaine, raison pour laquelle Météo-France a placé 7 départements du centre-est en vigilance orange. Cet épisode neigeux  qui s’annonce remarquable pour son intensité à cette période de l’année est dû à un phénomène appelé "isothermie". 

Un phénomène difficilement prévisible

Voir aussi

La perturbation qui apporte les chutes de neige dans le centre-est est arrivée mercredi soir par la Bretagne. Si jusqu’à ce jeudi matin elle donnait de la pluie en plaine, la situation a changé à la mi-journée avec ce phénomène d’isothermie. Pour qu’il se produise, il faut deux conditions : un vent faible et des précipitations soutenues. Si ces dernières étaient présentes depuis la matinée, le vent de sud soufflait, en revanche, assez fort avant de tomber progressivement quelques heures plus tard. Les pluies soutenues ont alors entraîné avec elles l’air froid présent en altitude. 

En vidéo

L'hiver s'installe à La Chapelle-en-Vercors

Ainsi, la température qui affichait environ 5°C à 10h dans la région de Valence (Drôme), a progressivement chuté pour ne plus dépasser 0,5°C en début d’après-midi. Ainsi, la neige a commencé à se mêler à la pluie vers 11h avant de tomber seule à partir de 12-13h. C’est ce que l’on appelle l’isothermie : le froid a fini par s’imposer et la neige a remplacé la pluie. Si les prévisions se sont confirmées, ce phénomène est souvent difficilement prévisible car il peut se produire à une échelle très locale. Ce fut le cas le 17 mars 2018 où, sur les plateaux du Val-d’Oise, il était tombé une quinzaine de centimètres en quelques heures alors que le reste de l’Île-de-France était concerné par de fortes pluies. 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter