Météo : ce mois de juin maussade annonce-t-il forcément un été pourri ? La réponse en cartes

Météo

PRÉVISIONS OU BOULE DE CRISTAL ? - Après un printemps mitigé, ce mois de juin, pour l'instant, ne tient pas ses promesses entre orages, pluies fréquentes et tempête. Cette météo maussade doit-elle inquiéter les vacanciers dont les premiers partiront dans quelques semaines ? Explications et prévisions.

Jusqu'ici, le nombre de soirées en terrasse ou de barbecues dans le jardin se comptent sur les doigts d'une main et pour cause... Le fameux anticyclone des Açores est aux abonnés absents et les dépressions s'en donnent à cœur joie, à l'image de la tempête Miguel qui a touché l'ouest du pays vendredi dernier. A moins d'un mois des vacances d'été, doit-on craindre la persistance de ces conditions maussades en juillet et en août ? Peut-on espérer le retour d'un soleil durable dans les prochaines semaines ? LCI va tenter d’y répondre pour vous rassurer...

Vers une amélioration à la fin du mois

Souvenez-vous, c'était il y seulement 3 ans : les 3/4 du pays subissaient les assauts de la pluie, à tel point que de nombreux cours d'eau - dont la Seine - étaient en crue à des niveaux parfois records. En deuxième quinzaine de juin, les conditions se calmèrent et la suite de l'été fut chaude, avec peu de pluies et d'orages. Le mois d'août 2016 fut même le plus sec de ces 60 dernières années ! En 2008 aussi, la déprime nous guettait avec de la fraîcheur et de la pluie pour ce premier mois d'été, il avait fallu attendre les derniers jours de juin pour voir arriver le soleil et la chaleur. Juillet et août qui suivirent furent agréables, dans les moyennes de saison. Ces deux exemples répondent parfaitement à l'inquiétude du moment chez certains : un début d'été maussade n'annonce donc pas forcément la couleur pour les mois suivants... Ouf !

Voir aussi

Maintenant que l'on est rassuré, à quoi doit-on s'attendre ces prochaines semaines ? Le bout du tunnel n’est plus très loin selon les dernières prévisions à long terme… Les hautes pressions vont se rapprocher de la France en début de semaine prochaine, apportant alors un temps bien ensoleillé et modérément chaud pour la dernière décade de juin. Une météo estivale devrait donc dominer pour l’arrivée officielle de l’été, le vendredi 21 juin. Avec cette hausse des températures annoncée, ce mois de juin devrait être en moyenne plus doux que la normale de 0,5°C avec un contraste ouest/est assez marqué. Sans surprise, le bilan des pluies sera également excédentaire avec des précipitations abondantes sur les ¾ du pays, exception faite des régions méditerranéennes. Ce temps fréquemment humide aura permis à la sécheresse de reculer dans la plupart des régions.

Juillet, le plus beau mois de l’été ?

Dans la continuité de la fin juin, le mois de juillet s’annonce chaud voire très chaud. L’excédent de températures pourrait ainsi dépasser 1 à 1,5°C, voire 2°C dans le centre et l’est du pays. Une période de canicule est tout à fait possible mais à cette échéance, ce type de phénomène ne peut être prévu. De plus, avec l’omniprésence de l’anticyclone, le temps sera sec avec peu ou pas d’orages. Le risque de sécheresse au niveau des nappes phréatiques s’annonce assez limité grâce aux pluies du mois de juin. En surface, l’eau pourrait néanmoins venir à manquer pour les cultures.

Si tous les juilletistes seront logés à la même enseigne, la situation devrait être différente pour le mois d’août avec un anticyclone qui va se décaler vers l’Europe centrale. Dans cette configuration, l’est du pays devrait continuer à bénéficier qu’un temps chaud voire très chaud avec de rares précipitations.

 En revanche, le ressenti sera bien différent dans l’ouest avec des températures plus proches de la normale et surtout, le probable passage de perturbations atlantiques ou d’averses. Ce contraste est/ouest devra être confirmé, rappelons d’ailleurs que la fiabilité des tendances saisonnières ne dépasse pas à ce jour les 60%.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter