Météo : jusqu'à 38°c attendus dans le Sud-Ouest, nouveau pic de chaleur intense en fin de semaine

Retrouvez les prévisions météo de votre journal de 13 heures du 19 août 2020.
Météo

MÉTÉO - Après la (très) relative fraîcheur du week-end du 15 août et de ce début de semaine, une nouvelle bouffée d'air chaud est attendue à partir de ce mercredi et jusqu'à la fin de la semaine, avec ponctuellement plus de 35°C à l'ombre entre le sud-ouest et le nord-est.

Chaud devant ! Une semaine après la fin de la canicule exceptionnelle qui aura nécessité une vigilance rouge dans 20 départements du nord du pays, un nouveau coup de chaud se dessine pour cette deuxième partie de semaine. Cette fois, c'est entre le sud-ouest et le nord-est qu'il fera le plus chaud avec des pointes à 38°C attendues entre jeudi et vendredi. Plus au nord et au nord-ouest, les températures ne grimperont pas autant, ces régions restant sous l'influence océanique. 

Cet énième épisode de chaleur de l'été s'annonce néanmoins assez court, d'une durée de 48 ou 72 heures selon les régions puisque les températures baisseront entre samedi et dimanche.

35°C à Nancy et Toulouse, 36°C à Dijon, 37°C à Dax...

Dès mercredi après-midi, la hausse du mercure sera d'actualité avec l'arrivée de cette bouffée d'air chaud depuis la Péninsule Ibérique. C'est donc dans le sud-ouest qu'il fera le plus chaud avec quelque 36°C attendus à Auch, 35°C à Toulouse et Montauban ou encore 34°C à Tarbes. Le nord-ouest, à l'écart de la chaleur, ne connaîtra pas de valeurs supérieures à 25°C tandis que dans les autres régions, les maximales varieront de 27 à 32°C sous abri. La nuit suivante, quelques grandes agglomérations du sud-ouest connaîtront des températures"tropicales", c'est-à-dire qu'elles ne s'abaisseront pas en dessous des 20°C avec pas moins de 22°C à Agen et Perpignan ou encore 21°C dans la ville rose. 

Lire aussi

Jeudi, la chaleur s'accentuera et s'étendra en direction de l'est. Des pointes à 38 voire 39°C pourront être localement relevées entre les Landes et le Pays Basque. Plus globalement, il fera entre 34 et 37°C en Aquitaine et Midi-Pyrénées mais aussi des plaines auvergnates au val de Saône, avec notamment 36°C à Dijon. Ces températures largement supérieures aux normales de saison ne concerneront pas la Bretagne et le Cotentin avec qu'elles resteront également plus raisonnables dans les Hauts-de-France, la région parisienne, la Normandie ou les Pays-de-la-Loire. 

Ces fortes chaleurs se poursuivront vendredi. En fin de nuit, le mercure aura beaucoup de mal à baisser pour afficher déjà près de 25°C dans le centre-est, laissant craindre une nuit étouffantes dans des villes comme Mâcon, Dijon, Lyon, Saint-Étienne, Strasbourg ou Nancy. L'après-midi, les thermomètres s'affoleront à nouveau, même s'ils perdront deux ou trois degrés dans le sud-ouest. C'est donc autour de la vallée du Rhône jusqu'au plateau de Langres ainsi qu'en plaine d'Alsace qu'il fera le plus chaud avec de 35 à 38°C annoncés. Il fera encore près de 35°C vers le Midi toulousain alors que l'atmosphère se rafraîchie sensiblement du Poitou-Charentes au nord de la Seine.

Des températures "caniculaires"... mais pas de canicule

Après une nuit de vendredi à samedi un peu plus respirable, le mercure baissera véritablement samedi, après le passage d'une dégradation pluvio-orageuse. Il n'y a que dans les départements méditerranéens où des valeurs autour de 35°C seront encore possibles. Ailleurs, elles repasseront en dessous de la barre des 30°C. La baisse se poursuivra dimanche avec cette fois, des maximales souvent comprises entre 20 et 26°C, soit un niveau proche des normales de saison. 

Si les valeurs attendues seront par endroits "caniculaires" avec le seuil des très fortes chaleurs dépassés (seuil fixé à 35°C en météo), l'épisode de cette fin de semaine ne s'apparentera pas à une canicule car d'une durée trop courte. En effet, les seuils de températures définis par Météo-France et les autorités sanitaires ne seront pas atteints durant trois jours et de trois nuits consécutifs. Néanmoins, il intervient à la suite de plusieurs épisodes durables et dans un contexte d'été plus chaud que la normale ayant fatigué les organismes des personnes les plus fragiles.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent