Pic de pollution : plusieurs régions concernées jusqu'à jeudi, voici les zones touchées

Météo

PARTICULES FINES - Plusieurs régions sont concernées par un pic de pollution ce mercredi notamment l'Ile-de-France et en Normandie. Cette mauvaise qualité de l'air perdurera encore jeudi dans le nord-est et l'est.

Sous la douceur record, une partie de la France suffoque. De nombreuses régions vont faire l'objet d'un pic de pollution ce mercredi et jusqu'à jeudi. Voici le détail de ce qui vous attend.  

Le pic de pollution sera atteint ce mercredi, en même temps que le pic de chaleur, en Normandie, en Île-de-France et dans les régions centrales avec une qualité de l'air médiocre à mauvaise (indices Atmo 7 ou 8/10) alors qu'il se poursuivra jeudi dans les Hauts-de-France, du Grand Est à l'Auvergne-Rhône-Alpes et en région bordelaise avec des indices Atmo entre 6 et 8/10. 

Amélioration en fin de semaine

Si la qualité de l'air s'améliore à partir de jeudi dans le nord-ouest, c'est grâce à l'arrivée d'une perturbation apportant de la pluie et du vent, permettant de dissiper le nuage de particules fines. Il faudra patienter 24 heures supplémentaires dans le nord-est et l'est, lorsque la perturbation atteindra ces régions.  

Dans le même temps, mistral et tramontane se lèveront en Méditerranée. Les régions de l'est devront quant à elles patienter jusqu'à vendredi pour voir la pluie arriver et enfin mieux respirer.

Voir aussi

À Paris mais aussi à Lille, les véhicules les plus polluants seront interdits de circuler mercredi (tout comme en petite couronne), la vitesse autorisée sera par ailleurs réduite de 20km/h.

La faute à l'anticyclone

Situation typique de l'hiver, lorsqu'un anticyclone se positionne sur l'ouest de l'Europe comme c'est le cas actuellement, la qualité de l'air se dégrade. En cause, les inversions de températures créées par la présence de ces hautes pressions. Avec un ensoleillement généreux en cours de journée, la douceur s'impose l'après-midi puis en l'absence de cette même couverture nuageuse la nuit, les températures redeviennent fraîches avec parfois des gelées au lever du jour. Ainsi, le sol se refroidit plus rapidement au cours de la nuit que l'air en altitude qui reste plus chaud et qui va ainsi jouer un rôle de couvercle en emprisonnant les particules près du sol. 

De plus, ces polluants, principalement issus du trafic routier et des chauffages au bois, ne peuvent se disperser en raison de l'absence de vent sous l'anticyclone. Ainsi, les particules fines s'accumulent avec des concentrations qui deviennent de plus en plus importantes. L'abaissement de la vitesse maximale sur les autoroutes et les voies rapides d'Île-de-France depuis quelques jours a néanmoins permis de diminuer cette concentration en particules mais le renforcement de l'anticyclone laisse craindre un nouveau pic de pollution.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter