Des pointes à 30°C dans le Sud-Ouest ce mardi : peut-on parler d’été indien ?

L'été joue les prolongations. Il a fait jusqu'à 30 degrés cet après-midi dans les Pyrénées-Atlantiques près de Cambo-les-Bains notamment, 22 degrés à Lille, 23 au Mans. Nous tentons de comprendre les raisons de ce spectaculaire redoux.

CHALEUR - Avec des températures dépassant souvent les 20°C aujourd’hui et approchant même localement des 30°C dans le sud-ouest, un air d’été indien flotte ainsi sur le pays. Cette expression populaire est de plus en plus utilisée mais pas forcément au bon moment et au bon endroit. Explications.

En 1975, Joe Dassin chantait L’été indien, un de ses nombreux succès dans lequel il parlait de l'automne, "un automne où il faisait beau… Une saison qui n'existe que dans le Nord de l'Amérique…", selon lui. Cette expression de "l’été indien" est, depuis, devenue très populaire et est souvent utilisée en septembre ou en octobre pour qualifier les belles journées douces et ensoleillées. Et pourtant, cette expression a une définition précise et aussi une origine que l’on a tendance à oublier un peu trop souvent…  

Toute l'info sur

Météo

Quelques jours après les premières gelées matinales

L'expression "été indien" est apparue à la fin du 18ᵉ siècle, de l’autre côté de l’Atlantique et décrit une particularité du climat continental d'Amérique du Nord. Il s'agit en effet d'une période de temps très doux, ensoleillé et sec qui se produit après les premières gelées, en octobre ou novembre, et plus particulièrement au Canada. La température dépasse alors 18°C sous abri avec un soleil généreux. Ce terme est aussi souvent utilisé en France pour désigner du beau temps à l'automne. Bien que situé à la même latitude que le sud du Québec, notre pays a un climat différent avec un caractère continental beaucoup moins marqué, sous influence océanique. Ainsi, les premières gelées apparaissent bien plus tard et elles sont suivies de redoux souvent moins marqués. Voilà pourquoi, l’expression ne doit pas être utilisée dès lors qu’il fait beau une fois l’été terminé.   

 

Mais cette année, les premiers frimas de l’automne se sont déjà manifestés. Ainsi, jeudi dernier, le 14 octobre, la température minimale moyenne sur le pays s’est abaissée à 4,1°C, soit la 21ᵉ valeur la plus basse avant un 15 octobre depuis 1947. Il s’agissait aussi de la matinée la plus fraîche depuis début mai. De nombreuses gelées ont ainsi été observées de l’intérieur du sud-ouest jusqu’au nord-est avec, entre autres, -2,7°C à Montluçon (Allier), -2,5°C à Guéret, -1,3°C à Colmar et Saint-Etienne, -1°C à Grenoble ou encore -0,8°C à Bélis, dans les Landes, où le mercure atteindra 28°C cet après-midi !  

Des températures jusqu’à 10°C au-dessus des normales

Et c’est justement parce qu’il a fait froid la semaine dernière que cette expression n’est pas galvaudée cette fois. Cet après-midi, la douceur sera donc marquée avec 23°C à Paris et en Corse, 24 à Rennes et Alençon, 25 à Tours et Agen, 27 à Bordeaux, 28 à Biarritz et jusqu’à 30°C localement dans l’intérieur du Pays Basque quand la normale est de 20°C à cette période de l’année. Nous resterons néanmoins assez loin des records de chaleur pour un mois d’octobre, datant la plupart du 2 octobre 1985 avec 33,2°C à Ciboure ou encore 32,2°C à Biarritz.  

Lire aussi

Demain, les températures baisseront dans le nord-ouest tout en restant encore largement supérieures aux normales de saison tandis que le sud-ouest conservera encore de la chaleur. Il faudra d’autant plus en profiter que la fraîcheur reviendra en fin de semaine avec un mercure repassant cette fois en dessous des valeurs dites de saison.  

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : un premier cas du variant Omicron détecté aux États-Unis

Présidentielle 2022 : les équipes d'Eric Zemmour partent à la chasse aux parrainages

EN DIRECT - Présidentielle : "Eric Zemmour a créé sa campagne sur des propos chocs et il se plaint aujourd'hui"

Covid-19 : Doctolib saturé, comment réserver sa dose de rappel malgré tout ?

Variant Omicron : le PDG de Moderna juge prématuré de se prononcer sur l'efficacité de la 3e dose

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.