Réchauffement climatique : pourquoi les canicules seront plus intenses et plus fréquentes

Météo

Toute L'info sur

Canicule : la France face à une vague de chaleur exceptionnelle

CHALEUR - Déjà sensiblement plus nombreuses ces dernières années que depuis l'après-guerre, les canicules vont devenir plus régulières et plus intenses à mesure que le climat se réchauffe, donc au moins jusqu'en 2050.

Après la canicule de 2003, la France s'apprête à vivre l'une des vagues de chaleur les plus marquantes de son histoire récente. La canicule de cette semaine s'annonce même sans précédent par son intensité et sa précocité pour un mois de juin depuis 1947, selon Météo-France. L'organisme météorologique précise que les vagues de chaleur, déjà sensiblement plus fréquentes ces 35 dernières années, devraient être encore deux fois plus nombreuses d'ici 2050, du fait du réchauffement climatique. Leur durée et leur intensité devraient également augmenter plus ou moins fortement suivant la capacité du monde à diminuer les émissions de gaz à effet de serre.

Lire aussi

Des vagues de chaleur déjà plus nombreuses ces dernières décennies

"Les vagues de chaleur recensées depuis 1947 à l’échelle nationale ont été sensiblement plus nombreuses au cours des 35 dernières années que sur la période antérieure", indique Météo-France. "Cette évolution se matérialise aussi par l’occurrence d’événements plus forts (durée, sévérité) ces dernières années. Ainsi, les quatre vagues de chaleur les plus longues et trois des quatre les plus sévères se sont produites après 1982." Dans la visualisation ci dessous, les vagues de chaleur survenues depuis 2000 apparaissent en orange, et sont quasiment aussi nombreuses que celles survenues entre 1947 et 2000.

Plus chaud, plus longtemps : les effets du réchauffement climatique sur la météo

Les projections tablent quant à elles sur une poursuite de cette intensification. Tous les scénarios du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC) prévoient en effet une augmentation des températures jusqu'en 2050 au moins. Et qui dit hausse générale des températures dit hausse de la fréquence des canicules : "La fréquence des événements [caniculaires] devrait doubler d'ici à 2050. En fin de siècle, ils pourraient être non seulement bien plus fréquents qu'aujourd'hui mais aussi beaucoup plus sévères et plus longs, avec une période d'occurrence étendue de la fin mai au début du mois d'octobre", indique Météo France.

L'ampleur du phénomène, en particulier pendant la deuxième moitié du XXIe siècle, dépend en revanche fortement des choix politiques qui s'effectuent aujourd'hui. "Sur la seconde moitié du XXIe siècle, l’évolution de la température moyenne annuelle diffère significativement selon le scénario considéré. Le seul qui stabilise le réchauffement est le scénario RCP2.6 (lequel intègre une politique climatique visant à faire baisser les concentrations en CO2). Selon le RCP8.5 (scénario sans politique climatique), le réchauffement pourrait atteindre 4°C à l'horizon 2071-2100", précise Météo France.

Quelles seraient les conséquences de ce scénario le plus pessimiste (le RCP8.5) qui apparaît ci-dessus en violet ? Sur le plan des vagues de chaleur, ces conséquences seraient particulièrement dramatiques pendant la deuxième moitié du siècle.

Le graphique ci-dessous présente une simulation par Météo-France des vagues de chaleur entre 2021 et 2050 (en jaune) et entre 2071 et 2100 (en rouge). Les vagues de chaleur déjà survenues entre 1947 et 2017 sont en gris. En bref, si aucune politique climatique n'est mise en place d'ici, les vagues de chaleur de cette fin de siècle pourraient durer plus de 50 jours avec des températures équivalentes ou supérieures de plusieurs degrés à celles de la canicule de 2003.

En revanche, dans un scénario "avec politique climatique qui conduirait à stabiliser le réchauffement climatique avant la fin du siècle", le nombre de vagues de chaleur "n'augmenterait que faiblement au cours de la deuxième moitié du XXIe siècle", précise Météo-France. 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter