Climat : 2019 dans le top 3 des années les plus chaudes jamais enregistrées en France

Sans grande surprise, 2019 figurera sur le podium des années les plus chaudes en France métropolitaine. À l’échelle mondiale, cette décennie se clôturera avec la 2ème ou 3ème année la plus chaude jamais enregistrée depuis le début des mesures en 1850.
Météo

TEMPERATURES - Sans grande surprise, 2019 figurera sur le podium des années les plus chaudes en France métropolitaine. À l’échelle mondiale, cette décennie se clôturera avec la 2e ou 3e année la plus chaude jamais enregistrée depuis le début des mesures en 1850.

L’année 2019 touche à sa fin et voilà l’heure du bilan. Si elle ne bat pas à un nouveau record comme l’avait fait 2018, elle figure néanmoins sur le podium des années les plus chaudes depuis 1900, date de début des relevés fiables en France. En s’arrêtant au 28 décembre, l’anomalie de température atteint +1,15°C par rapport à la normale établie sur la période 1981-2010. 

Avec une température annuelle moyenne de 13,7°C, elle se classe derrière 2018 (14°C, +1,4°C/normale) et 2014 (13,8°C, +1,2°C/normale) et juste devant 2011 (13,7°C, +1,1°C/normale). Avec la valeur définitive et arrondie au dixième, 2019 se classera donc à la 2e ou 3e place ex-aequo.

9 des 10 années les plus chaudes en XXIe siècle

Sur les 12 mois de l’année, seuls janvier et mai ont connu en moyenne des températures inférieures aux normales avec des anomalies respectives de -0,3°C et -1,1°C. Sinon, tout au long de l’année, les records de douceurs et de chaleur se sont une nouvelle fois enchaînés avec notamment deux épisodes de canicule exceptionnels, du 25 au 30 juin et du 21 au 26 juillet. 

Le premier s’est illustré par l’établissement d’un nouveau record de chaleur absolu avec jusqu’à 46°C sous abri à Vérargues, dans l’Hérault. Le second a essentiellement concerné la moitié nord avec la mise en place d’une vigilance rouge dans 20 départements et un nouveau record de chaleur absolu dans la capitale avec 42,6°C. Il a également fait plus de 40°C sur les plages de la mer du Nord, du jamais vu. La journée la plus chaude de l’année a eu lieu, quant à elle, le 25 juillet avec une moyenne nationale de 29,4°C, la plaçant au 1er rang des journées les plus chaudes tous mois confondus, à égalité avec un certain 5 août 2003.

Lire aussi

Un autre épisode de douceur a concerné la France à la fin de l’hiver cette fois avec entre 20 et 25°C relevés durant les derniers jours de février et même jusqu’à 28°C dans les Pyrénées-Atlantiques. Ces valeurs, dignes d’un mois de juillet ou août, ont permis de battre le record de douceur historique pour un après-midi de février à l’échelle nationale avec une moyenne de 21,3°C le 27 février 2019 (ancien record : 20,2°C le 28 février 1960). Ces températures extrêmes se sont également accompagnées d’un manque de pluie record dès le printemps et durant tout l’été. L’indice d’humidité des sols qui permet de juger de l’intensité d’une sécheresse a atteint un niveau historiquement bas le 20 septembre pour afficher un niveau historiquement haut le 23 décembre, traduisant ainsi le passage d’un extrême à l’autre en seulement 3 mois !

La décennie 2010-2019 la plus chaude enregistrée

À l’échelle du globe, l’Organisation Météorologique Mondiale (OMM) a publié début décembre un 1er bilan de l’année en prenant en compte les relevés sur la période janvier-octobre. Ainsi, la température moyenne a été supérieure de 1,1°C à la normale sur les 10 premiers mois de l’année par rapport à la moyenne établie entre 1850 et 1900. À partir de là, les scientifiques estiment que 2019 se classera à la 2ème ou 3ème place des années les plus chaudes. Plus marquant encore, les 5 dernières années devraient être les plus chaudes jamais enregistrées dans une décennie (2010-2019) également record puisqu’elle s’apprête à remporter la palme de la plus chaude depuis le début des mesures en 1850. 

Dans le contexte de réchauffement climatique, le service national britannique de météorologie, le Met Office, a d’ores et déjà annoncé que l'année 2020 figurera parmi les années les plus chaudes. Elle pourrait même directement prendre la 1ère place si le phénomène El Niño venait à se déclencher, ce phénomène océanique avec des courants chauds dans le Pacifique qui se met en place de manière épisodique et qui a alors tendance à accentuer la douceur dans de nombreuses régions du globe.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent