Tempête Gloria : à Rivesaltes, les habitants vivent avec le spectre de 2014

Météo : conditions chaotiques attendues sur le Roussillon
Météo

ALERTE MÉTÉO - Un épisode méditerranéen, baptisé "Gloria", doit frapper l'extrême sud de la France à partir de ce lundi 20 janvier et jusqu'à jeudi. A Rivesaltes, les habitants, déjà confrontés à un épisode "pluie-inondation" ayant fait un mort en 2014, sont sur le qui-vive.

La neige en altitude, la pluie en plaine, le vent violent... La tempête Gloria s'apprête à frapper l'extrême sud de la France et le nord de l'Espagne. Météo France prévoit un phénomène "exceptionnel" à compter de lundi soir et jusqu'à jeudi sur le Roussillon. En première ligne : le département des Pyrénées-Orientales. 

A Rivesaltes, l'ampleur attendu du phénomène n'est pas encore précisément connue. Mais cet événement météo  réveille le souvenir d'une autre alerte : celle de novembre 2014. Suite à un cumul de pluie de près de 420 mm en 48 heures, l’Agly était alors entrée en crue avec des réactions de cours d’eau particulièrement importantes à l’amont du bassin versant. La situation était devenue particulièrement critique le dimanche 30 novembre 2014, avec pas moins de 2000 personnes évacuées dans les Pyrénées-Orientales et le littoral audois. Bilan : un mort, près de 1.200 personnes sinistrées, 200 voitures noyées par les eaux, 3.500 habitants déplacés. Des maisons ravagées, des routes détruites  et des centaines d'hectares ravinés par les inondations. 

Cinq ans après, "Gloria" réveille le spectre des inondations de 2014. "Lorsqu’il y avait eu des inondations cette année-là, nous étions restés coincés, l’Agly était considérablement sorti de son lit, et il avait fallu attendre 48 heures pour que tout rentre dans l’ordre" se remémore une habitante de Rivesaltes, contactée par LCI, "A l’époque, personne ne nous avait prévenus des risques et chacun devait se comporter comme tout le monde face aux catastrophes." 

Ce que confirme un autre habitant de Rivesaltes, vendeur de pneus, également joint par nos soins : "Le 29 et 30 novembre 2014, notre village a été touché en plein cœur. Pour les habitants, ces deux dates correspondent à un vrai drame. Des déversements d’eau exceptionnels ont entraîné l’inondation du village, une vingtaine de maisons ont été touchées, ainsi que la mairie et la salle des fêtes..."

De là à dire que depuis ces deux dates, les habitants redoutent la possibilité de nouvelles inondations ? "Disons qu'ils restent aux aguets sans pour autant vivre sous la menace, pour plusieurs raisons : tout d’abord, il n’y a pas eu d’inondations depuis 2014 ou alors des épisodes tout à fait normaux ; en somme, pas d’une envergure comparable à ce qui s’est passé cette année-là. Et, depuis, des travaux ont été faits, notamment le curage des deux ruisseaux qui traversent le village. Les simples recommandations que nous avons depuis, c’est de faire attention aux passages à gué. Mais on reste quand même alertes, sur nos gardes."

Egalement contacté par LCI, un employé de l’office du tourisme de Rivesaltes n'a pas oublié non plus : "Effectivement, dans le village, les habitants en parlaient entre eux, craignant que les digues ne résistent pas à la poussée de l'eau. Je me souviens que le niveau de l'eau avait atteint les sept mètres à l'époque." Avant de relativiser : "Il ne s'agissait pas là d'une grande catastrophe comme celles qui se produisent parfois dans d’autres villes en France."  

Voir aussi

Une nouvelle crue majeure pourrait avoir un impact délétère sur les vignobles

Contacté ce lundi matin par LCI, la mairie de Rivesaltes attend les consignes de la préfecture des Pyrénées-Orientales. Pour l'heure, seule une vigilance jaune est en cours. Et une alerte orange dans le département, mais pour la neige en altitude. L'essentiel des précipitations n'est attendu que mardi et surtout mercredi. En Espagne, de l'autre côté des Pyrénées, les précipitations ont déjà fait plusieurs victimes.

"Bien sûr, on est au courant des risques via les informations et la météo parce qu'on se renseigne, mais à l’heure où je vous parle (Lundi 20 janvier), personne ne nous a contactés pour que nous prenions nos dispositions", assure cette habitante de Rivesaltes travaillant à La maison Cazes, pleinement consciente qu’"une crue majeure pourrait avoir un impact délétère sur les vignobles". Elle a toutefois constaté que "les passages à gué avaient été fermés dès hier soir, par mesure préventive." 

Pour ces producteurs de Muscat, même s'il ne s'agit pas de la saison des vendanges, les inondations n'en demeurent pas moins redoutées : "Chaque dérèglement météorologique a un impact direct sur le vignoble. Trop d’eau c’est comme trop de sécheresse, c’est comme le vent, la grêle… tous ces phénomènes ont des conséquences sur la croissance de la vigne."

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent