"On savait qu'on allait se noyer" : aux Sables-d'Olonne, les sauveteurs rescapés racontent le drame

Météo

HÉROS - En venant en aide à un pêcheur en pleine tempête au large des Sables-d'Olonne (Vendée), vendredi, le bateau de la SNSM s'est retourné. Trois sauveteurs sont morts, vraisemblablement bloqués dans le bateau par leurs brassières de sécurité. Un autre est toujours hospitalisé. Le pêcheur n'a pas été retrouvé.

"On a eu une putain d'étoile hier", lâche un des sauveteurs de la société nationale des sauveteurs en mer (SNSM) qui a survécu au chavirage. Le ton grave, la voix enrouée, il raconte le drame - l'un des pires de ces 40 dernières années pour la SNSM - le professionnalisme et l'amitié de cette équipe de bénévoles. Vendredi, en venant en aide à un pêcheur qui avait pris la mer au large des Sables-d'Olonne (Vendée), le bateau de la SNSM a été retourné par les vagues. Trois sauveteurs sont morts noyés. Un autre est toujours en observation à l'hôpital. 

" Les vitres ont explosé "

Face à la presse, Xavier de la Gorce, le président de la SNSM, raconte cette sortie en mer qui a tourné au drame. Vendredi en fin de matinée, "un chalutier est parti par très gros temps. Il avait du mal à rentrer notamment parce que l'entrée du port est très compliquée", a expliqué Xavier de la Gorce. Après activation de la balise de détresse, les sauveteurs de la SNSM ont été prévenus par le Cross (Centre régional opérationnel de secours et de sauvetage). "Le Cross a dit si vous pouvez y aller c'est bien mais si vous ne pouvez pas...Ils (les sauveteurs) ont dit : 'on y va', car il n'y a pas de refus d'obstacle chez les sauveteurs". L'équipe de la SNSM à bord était professionnelle. On se connaissait tous", ajoute un des rescapés. 

Au milieu d'une mer démontée, le canot de la SNSM prend la mer face aux éléments déchaînés pour tenter de trouver ce pêcheur. "Après une grosse vague, les vitres ont explosé", continue le sauveteur rescapé. "Et tout le monde à bord est resté d'un froid glacial, personne n'a bronché". Puis le bateau de la SNSM s'est couché, de l'eau est rentré dans le moteur et dans les circuits électriques "ce qui a fait que le bateau n'était plus manœuvrant"

En vidéo

SNSM : "On a eu une putain d'étoile hier"

" On savait qu'on allait se noyer "

"On savait qu'on allait se noyer", continue le rescapé. "On a essayé de retrouver les copains mais nous n'avions plus la force de tenir au bout d'un moment. (...) Nous, on a eu une putain d'étoile hier, nos copains non. Un de nos collègues était coincé à l'intérieur, mais nous ne le savions pas. Il est actuellement à l'hôpital."

En vidéo

SNSM : "On savait qu'on allait se noyer"

Quatre sauveteurs, qui étaient à 200 m du rivage, ont pu se sauver en nageant. "Si ça avait été à 500 m, ça aurait été beaucoup plus grave, il aurait pu y avoir sept morts", a ajouté le président de la SNSM. Trois sauveteurs ont eux été "pris au piège : les brassières de sécurité se sont gonflées et ça les a plaqués au plafond".  Le canot de la SNSM, qui est auto-redressable, a pu se redresser deux fois mais pas une troisième fois en raison de l'importance de l'eau à bord. 

Lire aussi

Il s'agit d'une "tragédie" pour le secourisme maritime, explique le président de la SNSM. "Le dernier accident grave était en 1986 et on en parle encore, il y avait eu cinq morts".

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter