VIDÉO - Arbres déracinés, toiture arrachée, rues inondées : les images des dégâts après la tempête

VIDÉO - Arbres déracinés, toiture arrachée, rues inondées : les images des dégâts après la tempête
Météo

DÉGÂTS - La tempête Fabien a frappé le Sud-Ouest dans la nuit de samedi à dimanche, avant de se déplacer dans le Sud-Est. Sur son passage, elle a causé de nombreux dégâts matériels mais heureusement, aucun blessé n'est à déplorer, selon les premières informations recueillies par les autorités.

La tempête Fabien a marqué ce premier week-end de vacances .Dans le Sud-Ouest, après le passage de cette dépression, accompagnée de vents violents, les habitants se sont réveillés ce dimanche avec des routes barrées par des arbres déracinés ou des éboulements de terrain, quand ce n'est pas la toiture de leur immeuble qui s'est envolée. 

La situation est encore plus délicate en Corse, où la ville d'Ajaccio est totalement isolée depuis samedi avec des vents violents, des crues et des déferlements qui menacent toujours l’île. La tempête n'a toutefois pas fait de blessés ni de dégâts majeurs, selon un premier bilan des services de secours et des préfectures réalisé ce matin.

Voir aussi

De nombreux dégâts matériels dans le sud-ouest

Le sud-ouest a été balayé par ces vents tempétueux dans la nuit. Décrite comme une "forte tempête hivernale" d'une intensité "un peu plus marquée" que celle du 13 décembre par Météo France, elle avait engendré en première partie de nuit des pointes de vents sur les côtes, allant par exemple jusqu'à 148 km/h au cap Ferret, en Gironde. De quoi soulever des matériaux, comme ce bateau, qui s'est retrouvé sur la route.

Auprès de l'AFP, les secours et les préfectures ne déplorent aucune victime mais signalent de très nombreuses interventions, notamment à cause de route dont l'accès est barré par des arbres déracinés ou des câbles, mais aussi pour des locaux inondés ou des toitures arrachées, comme ici, à Laruns.

Une situation similaire dans les terres, et notamment à Bordeaux où le vent a soufflé jusqu'à 141 km/h. Là aussi une toiture effondrée a causé l'évacuation de huit personnes dans un immeuble du centre-ville. La météo a d'ailleurs poussé la SNCF à cesser le trafic sur l'axe Bordeaux-Toulouse, en raison de probables arbres obstruant les voies. Dès 08h30, des équipes devaient partir en "reconnaissance systématique" et en "bûcheronnage" si nécessaire. Sur Bordeaux-Hendaye, le trafic sera suspendu toute la journée de dimanche.

124 interventions en trois heures

Du côté des Alpes-Maritimes, Météo France a relevé des pointes de vents entre 120 et 130 km/h en fin de nuit. Le département a donc été touché par de nombreux éboulements de terre. Comme à Nice, où des sapeurs-pompiers ont dû intervenir afin de lever le doute sur la présence de potentielles victimes après la chute de 500m3 de terres. Selon le Service Départemental d'Incendie et de Secours des Alpes-Maritimes, 124 interventions ont eu lieu dans le secteur entre 7h et 10h, ce dimanche matin.

Si les vents les plus violents sont encore attendus à l’est, avec des rafales de 100 à 110 km/h qui devraient toucher le littoral d'Antibes à Nice, la mer est déjà déchaînée. A Menton, par exemple, un morceau de route du front de mer s’est effondré, rongé par l’écume. 

Dans le Var, le drame a été évité de justesse sur le port de Toulon. Peu avant minuit, "sous la violence d'une rafale de mistral,  l'une des amarres d'un navire de la Corsica Ferries, s'est rompue et est venue fouetter un véhicule tout juste débarqué du bateau jaune", rapporte Var-Matin. A bord de la voiture, trois personnes dont une jeune fille. Heureusement, personne n'a été grièvement blessé. 

Au-delà des dommages visibles, ce sont près de 100.000 foyers qui se sont réveillés sans électricité ce matin, principalement en Gironde, selon Enedis.

Des vents records en Corse

En Haute-Corse, Météo France a relevé des vents de 170 km/h à Bastia. Du jamais vu depuis l’ouverture de la station météo, avec un ancien record absolu largement dépassé. Cependant, cet épisode est "une dépression secondaire" qui n'est pas "directement liée à la tempête Fabien", a expliqué à l'AFP une prévisionniste de Météo France. 

En attendant la fin de ce phénomène, prévue lundi à minuit, l'île reste totalement isolée ce dimanche : aéroports fermés, capitale bloquée, bateaux à l'arrêt, trafic ferroviaire suspendu... En Corse-du-Sud, par exemple, l'aéroport d'Ajaccio est fermé depuis samedi en début d'après-midi. Ce matin encore, ses pistes de décollage étaient sous l’eau.

Pour autant, la nuit s'est "plutôt bien passée", a indiqué à l'AFP Alain Charrier, secrétaire général de la préfecture de Corse-du-Sud. "Peu d'interventions ont eu lieu cette nuit, principalement liées à des toitures endommagées et des arbres arrachés", comme en témoignent d’ailleurs les nombreuses photos postées sur les réseaux sociaux.

Alors qu’aucune victime n'est à déplorer, le secrétaire général a notamment tenu à féliciter les habitants, qui ont "parfaitement respecté les consignes et "n'ont pas tenté d'entrer ou de sortir d'Ajaccio". 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent