VIDÉO - Coupures d'électricité après Ciara : pourquoi n’enfouit-on pas davantage les lignes électriques ?

VIDÉO - Coupures d'électricité après Ciara : pourquoi n’enfouit-on pas davantage les lignes électriques ?

ÉLECTRICITÉ - Le réseau aérien reste vulnérable lors de fortes intempéries. Depuis la tempête historique de décembre 1999, des travaux d'enfouissement du réseau électrique ont été lancés un peu partout dans le pays. Où en sommes-nous précisément aujourd'hui ?

Dans l'Hexagone, après le passage de la tempête hivernale Ciara, 40.000 foyers sont restés privés d'électricité jusqu'à ce lundi soir. Principalement en Normandie, dans les Hauts-de-France et dans la région Grand Est. "Près de 4000 salariés Enedis et d'entreprises partenaires restent mobilisés" a assuré le distributeur.

Toute l'info sur

Le 20h

50% des câbles sont sous terre

Parmi les solutions pour éviter ces coupures liées aux intempéries, l'enfouissement des lignes électriques, afin de réduire la vulnérabilité inhérentes aux câbles aériens. Si l'idée a tout d'une solution-miracle, elle reste complexe à mettre en place. "Il y a des endroits où c’est plus facile à enfouir que d’autres", convient Philippe Jore, délégué Enedis du Pas-de-Calais. De fait, impossible d'enterrer les câbles dans certains terrains comme les montagnes ou les zones inondables. Une solution plus complexe, donc, et plus chère aussi. Comptez entre 80.000 et 100.000 euros pour un kilomètre. Ce chantier est très onéreux car il faut creuser un sillon et isoler les câbles pour éviter les courts circuits. 

Lire aussi

A ce jour, seuls 50% des câbles électriques sont sous terre en France, loin des 80% atteints par l’Allemagne et encore plus des 100% auxquels sont arrivés les Pays-Bas. Mais le pays rattrape peu à peu son retard depuis la tempête de 1999, au cours de laquelle un million de foyers, un record, avaient été privés d'électricité. 

"Il y a eu une prise de conscience, un électrochoc à ce moment-là", avec "notamment une accélération de l'enfouissement", explique Robin Devogelaere-Pozzo, directeur de la communication d'Enedis. Selon lui, 17.000 kilomètres de lignes électriques sont désormais enterrés chaque année en France dans l'Hexagone. Un investissement qui se fait sur le très long terme, donc, et qui coûte chaque année 1,2 milliard d'euros à Enedis. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Producteur tabassé : le policier soupçonné d'avoir lancé la grenade lacrymogène placé sous contrôle judiciaire

93 médicaments commercialisés en France seraient dangereux, selon la revue Prescrire

Eurovision Junior : Valentina, la candidate française, remporte le concours

VIDÉO - Après plus d'un siècle sous l'océan, l'épave du Titanic va disparaître d'ici une vingtaine d'années

Violences policières : une nouvelle vidéo choc dans l'affaire Michel Zecler

Lire et commenter