Inondations impressionnantes à New York : comment expliquer ce phénomène ?

Essayons de comprendre ce phénomène météorologique qualifié d’historique par le maire de New York. D’où vient-il ? Pourquoi cette région de New York à Philadelphie a-t-elle subi des intempéries dont personne n’avait prévu l’extrême violence ?

ÉCLAIRAGE - La côte est des États-Unis a essuyé des pluies diluviennes. Ces trombes d'eau tombées en très peu de temps ont provoqué des inondations impressionnantes, notamment dans New York. Elles sont les restes de l'ouragan Ida, désormais rétrogradé en tempête tropicale.

Après avoir sévèrement touché la Louisiane dimanche dernier au stade d’ouragan de catégorie 4 et avec des vents à plus de 270 km/h, Ida a poursuivi sa route vers le nord-est des États-Unis. S’il a rapidement perdu en intensité au niveau des vents en étant rétrogradé en tempête tropicale puis en simple dépression, les pluies sont, elles, restées particulièrement intenses. 

Alors qu’elles circulaient lentement mercredi et la nuit dernière sur le nord-est des États-Unis, elles ont gagné les États de New York et du New Jersey, tout en continuant à drainer de l’air chaud dans leur sillage. Elles sont alors entrées en contact avec de l’air plus froid présent sur cette partie du continent, générant un conflit de masses d’air qui a ainsi renforcé encore un peu plus les précipitations. 

Deux mois de pluie en 6 heures

Ces pluies, aux intensités remarquables ont apporté des intensités inédites de précipitations : dans Central Park, on a relevé 132 mm de pluie en 3 heures dont 80 mm en une heure ! C'est du jamais-vu dans la ville. L'ancien record est lui-même très récent : on avait relevé 49 mm en une heure le 21 août 2021 suite au passage de l'ex-ouragan Henri. Au niveau de l'aéroport de Newark (dans le New-Jersey), il est tombé 214 mm en 24 heures... un record depuis l'ouverture de la station en 1931.

Lorsque de telles quantités de pluies tombent en un laps de temps très court dans des zones fortement urbanisées comme New York, cela génère inéluctablement des inondations. Dans le cas présent, elles sont comparables à des crues-éclair qui peuvent se produire lors de violents orages dans les régions méditerranéennes à l’automne. 

Lire aussi

S’il n’est pas rare que les restes d’ouragan atteignent le nord-est des États-Unis avant d’être repris par la circulation générale sur l’Atlantique, c’est sa lente circulation qui explique également les quantités de pluies exceptionnelles. De même, plusieurs tornades ont touché la Pennsylvanie, un fait également rare pour cet État qui montre également l’énergie encore disponible dans les amas nuageux apportés par l’ex-ouragan Ida. 

Ils ont quitté New York en cours de nuit et se sont dirigés vers le Connecticut et le Massachusetts avec des pluies toujours aussi intenses qui touchent désormais la ville de Boston. La situation s’améliorera dans la journée avec l’éloignement d’Ida vers l’Atlantique.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Crise des sous-marins : Paris annule une réunion entre les ministres de la Défense français et anglais

Afghanistan : le groupe État islamique revendique deux attaques à la bombe contre les talibans

Emmanuel Macron a-t-il "dépensé entre 5 et 7 milliards d'euros en quinze jours" ?

Avant les sous-marins australiens, le cas des F-35 américains préférés aux Rafale par la Suisse

"Cet épisode va laisser des traces" : après la crise des sous-marins, la France peut-elle quitter l'Otan ?

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.