"On est impuissant" : frappés dimanche par une "mini-tornade", des habitants du Béarn nous racontent le jour d’après

"On est impuissant" : frappés dimanche par une "mini-tornade", des habitants du Béarn nous racontent le jour d’après
Météo

Toute L'info sur

Le 20h

CATASTROPHE - Un phénomène particulièrement violent et localisé a frappé Serres-Sainte-Marie, un village du Béarn, ce dimanche, balayant une quinzaine de maisons. Face à cette tempête dévastatrice, la population se relève et la solidarité s’organise.

Il a été victime d’un "front de rafale". Alors que la fin du passage de la tempête Fabien approchait, une mini-tornade a frappé de plein fouet Serres-Sainte-Marie, un village béarnais, ce dimanche 22 décembre. S’il n’y a pas eu de blessé, une quinzaine de maisons sont endommagées et une soixantaine d’habitants doivent être relogés. 

Ce lundi, les quelque 550 habitants étaient encore traumatisés face au spectacle des toitures arrachées et des voitures retournées. Un phénomène aussi violent que furtif. Tout s’est déroulé très vite. "En une fraction de seconde, on a senti un souffle, et puis plus rien", se remémore ainsi pour TF1 Emeline Lafitte, encore sidérée. "Après, un silence, affreux." Car ce qui est décrit comme une petite tornade était très localisée, s’étalant sur à peine 500 mètres. Mais le tout était "très, très, très violent", pour reprendre les mots du maire de Serres-Sainte-Marie, Gérard Ducos.

La solidarité s'organise

Malgré le choc, il faut déjà penser à la reconstruction. Problème : comme le relève une habitante, les fêtes de fin d’année approchant, les assurances sont difficiles à joindre. "Là, on est impuissant", regrette ainsi une sinistrée qui dit "attendre" des nouvelles de son assurance. La toiture et les fenêtres ayant été soufflées par le vent, sa maison est méconnaissable.  "A part enlever les gravats et constater, on ne peut pas faire grand-chose", nous confie-t-elle,  les larmes aux yeux. 

Effacer les premières traces de cette catastrophe. Mais pas tout seuls. Autour des sinistrés, des voisins, des proches, des inconnus. Tous sont spontanément venus, ce lundi, pour prêter main forte. "Je suis venu donner un coup de main", explique ainsi, tout naturellement, Juan Gonzalez, un habitant du village voisin.  D’autres ont même lancé une cagnotte afin d’aider ces familles qui "ont tout perdu". Une solidarité décrite comme "fabuleuse", pour l’un des sinistrés, qui n’en croit pas ses yeux. 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent