VIDÉO - Arbres arrachés et vagues de 6 mètres, les conséquences de Ciara dans le Nord de la France

VIDÉO - Arbres arrachés et vagues de 6 mètres, les conséquences de Ciara dans le Nord de la France
Météo

CIARA - La tempête qui s'est abattue sur plusieurs régions du Nord de la France ce week-end a entraîné des centaines d'interventions des secours. Vagues, marées d'écume, chutes d'arbres ou encore de stations-service. Revivez en images le passage de la tempête Ciara en France.

La tempête Ciara a balayé le tiers nord de la France dans la nuit de dimanche à lundi, entraînant des centaines d'interventions des secours. Au total, 42 départements allant du Finistère jusqu'au Doubs en passant par le Pas-de-Calais ont été placés ce dimanche en vigilance orange "vents violents" par Météo-France, qui fait état de rafales dépassant les 100 km/h à l'intérieur des terres et jusqu'à 130 km/h sur les côtes. En début d'après-midi, les vagues menaçaient encore le littoral de la Manche, mais la tempête se déplaçait vers le Sud-Est.

Les côtes de la Manche lessivées

Le littoral a fait l'objet d'une alerte "vagues-submersion" depuis l'estuaire de la Loire jusqu'aux plages du Nord. Dans la Manche, le trafic des ferries reliant Calais à Douvres (Grande-Bretagne) a été suspendu "jusqu'à nouvel ordre", a annoncé la porte-parole du port de Boulogne-Calais. Les liaisons entre Poole et Cherbourg ou Dieppe et Newhaven ont elles aussi été annulées dimanche.

A Wimereux (Pas-de-Calais), où des amateurs de glisse sont sortis en mer, les sauveteurs de la SNSM ont dénoncé des comportements "inconscients", ne respectant pas les "appels à la prudence les plus élémentaires" émis par les préfectures.

Lire aussi

En Bretagne, où des vagues de six mètres ont été observées, la houle a provoqué une "neige d'écume" à Saint-Guénolé. À Saint-Malo, beaucoup de personnes sont sorties en bord de mer pour voir les vagues se briser sur la digue du Sillon.

En Normandie, le vent a soufflé entre 100 et 130 km/h, après avoir atteint 140 km/h à Granville à 2h30. Le phénomène commence toutefois à faiblir dans cette région. Les ponts de Tancarville et de Normandie ont été interdits aux poids lourds, aux véhicules tractant une caravane, aux piétons et aux 2 roues. Le pont de Brotonne en Seine-Maritime a quant à lui été fermé. 

Dans les Hauts-de-France, le vent souffle encore entre 100 et 140 km/h, et un affaiblissement des rafales a commencé à se faire ressentir à partir de 6h ce lundi matin. Outre des coupures d'électricité, qui ont touché des dizaines de milliers de foyers, L'ensemble du trafic SNCF avait été interrompu à partir de dimanche soir, à l'exception des TGV circulant depuis et vers Paris, Lille, Arras, Dunkerque et Calais Fréthun. Dans le Pas-de-Calais, l'autoroute A16 a été fermée dans les 2 sens entre Isques et Boulogne-Port. 

Paris et l'Ile-de-France pas épargnées

En Île-de-France, le vent a soufflé jusqu’à 104 km/h à Paris à la station du parc Montsouris, c’est la plus forte rafale de vent dans la capitale depuis le 3 janvier 2018. Il a également soufflé jusqu’à 152 km/h au sommet de la Tour Eiffel peu avant 3h ce matin mais aussi jusqu’à 120 km/h relevés dans le Val d’Oise, 116 km/h dans les Yvelines, à Magnanville et 110 km/h en Seine-et-Marne. Ces rafales de vents devraient progressivement s'affaiblir à partir de lundi matin à 5h. 

Plusieurs arbres se sont effondrés dans la région au cours de la journée de dimanche. Dans l'après-midi, un homme âgé d'une quarantaine d'année est décédé suite à un accident de trottinette. Si les circonstance de l'accident restent à déterminer, l'hypothèse d'une forte rafale qui l'aurait fait tomber est envisagée par les secours arrivés sur place selon l'AFP. Dans les Yvelines, une station service a été secouée par les fortes rafales. 

Le Grand Est atteint comme rarement

Les rafales de vent se sont en revanche considérablement renforcées dans la région du Grand Est et atteignent à 4h 121 km/h à Strasbourg : c’est la cinquième valeur la plus forte depuis l’ouverture de la station en 1923. Il s'agit là aussi de la plus forte rafale depuis la tempête Calvann le 2 janvier 2003. Des vents à 122 km/h ont également été relevés à Nancy mais aussi 131 km/h à Buhl-Lorraine, 121 km/h à Chouilly, dans la Marne, 117 km/h en Haute-Marne et 164 km/h dans les Vosges, à seulement 800 m d’altitude. L’accalmie dans cette région n’est prévue qu’en deuxième partie de matinée. 

Les services de secours du Grand Est s'attendaient à une augmentation de l'activité à partir de minuit avec un pic entre 3h et 5h selon les départements. À Saint-Dié-des-Vosges (Vosges), "le toit d'une école s'est partiellement envolé" dimanche soir sans faire de blessés, a indiqué la préfecture. Autre image marquante sur les réseaux sociaux, celle de deux cigognes qui luttaient tant bien que mal face aux vents violents, ou encore cet arbre, filmé par les caméras de TF1 (voir la vidéo en tête d'article), totalement déraciné, venu s'encastrer dans sa chute sur le toit d'une maison. 

La Corse et les Alpes dans les radas de Ciara

Si le vent va commencer à faiblir en début de matinée de lundi dans le nord de la France, il va se renforcer progressivement sur les Alpes ainsi qu'en Corse, selon les prévisions de Météo France. Sur l'île de Beauté, les rafales atteindront 130 à 160 km/h en fin d'après-midi sur le Cap Corse et près de 200 km/h au plus fort de l'événement dans la nuit de lundi à mardi.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent