Flora Coquerel, Miss France 2014 : "Je suis encore plus ambitieuse qu'avant"

MISS FRANCE
DirectLCI
INTERVIEW - Dans un mois exactement elle rendra sa couronne. Flora Coquerel, Miss France 2014, revient sur l'année exceptionnelle qu'elle a vécue. Et sur ce qui l'attend après. Rencontre avec une jeune fille qui a les pieds sur terre.

Comment se sent-on à la fin d'une année Miss France ?
Les sentiments sont mélangés car, évidemment, je suis triste de rendre mon écharpe. Mais d'un autre côté ça va me faire du bien de reprendre ma vie personnelle là où je l'ai laissée. Etre Miss France aura été une expérience incroyable. Tout nous est servi sur un plateau d'argent et on a l'impression de griller des étapes. Mais je reste une bosseuse et je suis encore plus ambitieuse qu'avant car j'ai l'impression désormais que tous mes rêves sont accessibles.

Justement, quel est votre rêve pour la suite ?
Travailler dans la mode. C'est d'ailleurs pour cela que je me suis présentée à Miss France. Je n'ai pas fait ce concours pour savoir si j'étais la plus belle, mais pour les opportunités professionnelles que ça offre. Il faut jouer toutes les cartes pour son avenir. Là, je prépare ma rentrée dans une école de mode.

Le fait d'avoir été une Miss multiculturelle, est-ce important pour vous ?
J'ai été un symbole malgré moi puisque dès mon élection on m'a dit que je représentais une France métissée. Même si ce n'est pas ce que je voulais défendre au départ, j'en suis ravie car ça montre que les Français sont ouverts d'esprit.

Quelle est la question qu'on vous a le plus posée durant votre règne ?
"Qu'est ce que ça fait d'être Miss France ?". C'est une question difficile, car l'expérience Miss France est très difficile à décrire. Tant qu'on ne l'a pas vécue, on ne peut pas comprendre.

Quel est votre plus beau souvenir ?
J'en ai énormément. Je me souviens des NRJ Music Awards car c'était ma première rencontre avec le public. Et à 20 ans croiser Katy Perry et will.i.am, c'est assez dingue ! Mais le moment le plus fort reste mon voyage au Bénin parce que j'ai retrouvé mes proches après 7 ans d'absence sur ma terre maternelle. C'était très émouvant.

Quelle est la chose qui vous a le plus pesé ?
Je pense que ça a été le fait de rentrer brutalement dans le monde du travail et d'avoir un emploi du temps surchargé. Quand on est Miss France, on travaille 6 jours sur 7. Au départ ça fait drôle de ne plus voir ses proches, ni d'avoir de vie privée.

A quoi ressemble l'appartement parisien qu'on prête à la Miss France ?
C'est un appartement de 50 m2 très mignon et bien agencé. Tout est fait pour qu'on s'y sente bien. Et il y a plein de mots des anciennes Miss dans les toilettes ! Je vais devoir réfléchir au message que je vais laisser (rires).

Miss France prend-elle le métro ?
Bien sûr. Pour mes déplacements personnels, je prend les transports en commun car je ne suis pas toujours habillée en Miss France avec l'écharpe et la couronne ! Quelques fois on me reconnaît, mais c'est rare.

Vous allez participer au concours de Miss Monde le 14 décembre prochain. Ça vous fait quoi ?
C'est très curieux car je me suis présentée à un concours régional et je ne m'attendais pas à me retrouver à Miss Monde ! Mais je vais donner le meilleur de moi-même car j'ai envie de revenir avec une écharpe. Cette fois c'est un pays tout entier qu'on représente, pas simplement sa région.

Quel conseil donneriez-vous aux 33 jeunes filles qui s'apprêtent à vivre à leur tour l'aventure Miss France ?
De s'amuser. Il ne faut pas oublier que c'est un concours de beauté et qu'on ne joue pas sa vie. Il faut donner le meilleur de soi-même pour ne pas avoir de regrets. Profitez au maximum de cette aventure même si c'est parfois difficile car le rythme est soutenu. C'est une chance.
 

Lire et commenter