Le slip de bain est-il vraiment mort ?

Le slip de bain est-il vraiment mort ?

DirectLCI
THAT’S THE QUESTION - Hommes, femmes… Quel que soit le point de vue, l’avis est le même : le port du slip de bain, c’est "no way" ! Pourtant, des marques continuent de proposer des gammes. Alors, s'agit-il vraiment d'une faute de goût ? On a cherché à en savoir plus.

Tout part d'une simple question au sein de la rédaction de LCI. Un vendredi après-midi, j'ai le malheur de prononcer la phrase suivante : "mais le slip de bain, ça se porte encore ?" La réaction est unanime, parmi mes collègues féminines : c'est "no way !" À vrai dire, je connaissais déjà la réponse. Mais la mode, c'est avant tout une question d’assurance. Et de l'assurance, il doit y en avoir, dans le sud-est de la France, puisque tous les étés, j'y croise encore quelques irréductibles qui arborent ce petit bout de tissu, dont nos grand-pères, voire nos pères, étaient friands. 


Ces irréductibles, j'ai essayé de les comprendre. Pourquoi opter pour du si court ? Par nostalgie ? Pour un meilleur bronzage ? Oui, mais dans ce cas il faut assumer. Pour draguer ? Là, ça s'annonce perdu d'avance...  À moins de s’appeler Cristiano Ronaldo ou Amir (et encore) ! D'un point de vue stylistique, le slip de bain peut tout à fait se porter. Il y a cependant deux critères fondamentaux à respecter : la morphologie - bien sûr - et la destination. On vous explique tout. 

Assumé à Ibiza, boudé aux USA

On s'en doutait bien avant de se lancer dans la rédaction de cet article : la morphologie c'est LA condition sine qua non pour éviter le ridicule : "Si l'on est taillé en V, tout est permis", nous assure notre expert mode, Kristof Bruand. Le slip de bain, le boxer ou le bermuda... tout passe.


Autre condition : la destination. Effectivement, selon les plages que l'on choisit en Europe - ou ailleurs - le slip de bain, ça passe ou ça casse ! À Biarritz, "ville de surfeur, c'est le boardshort" (short mi-long, ndlr), affirme le styliste. À Ibiza (Espagne), Mykonos (Grèce) ou Rio de Janeiro (Brésil), "on ose les maillots de bain sous toutes ces formes tout simplement parce que le corps est assumé".  Une liberté qui ne s'applique pas forcément aux États-Unis, pays "très puritain". Plus qu'une question de mœurs, la baignade torse nu pour les hommes était interdite jusqu'en 1936. Là-bas, aujourd'hui, "le caleçon est la pièce à porter si l'on ne veut pas être catalogué de touriste italien", nous confie-t-il. Pour les plus audacieux : ceux qui optent pour le string ou le tanga, il y a... le Cap d'Agde. Résumons : renseignez-vous bien si vous ne voulez pas commettre d'impair !

L'épreuve de la piscine publique

Mais il y a des cas où le choix s'impose. Vous me voyez arriver ? Oui, la piscine municipale ! Pour une question d'hygiène, les bassins interdisent les shorts, boardshort et leurs déclinaisons pour imposer deux modèles : le slip ou le boxer de bain. On râle à l'entrée, puis on finit par s'y plier. Pas le choix.  


Et lorsqu'on parle de piscine municipale, on intègre forcément les sport d'eaux : le waterpolo et la natation. Dans le domaine, trois tricolores - Florent Manaudou, Camille Lacourt et Frédéric Bousquet - ont démocratisé le slip. Et même hors des bassins, ces sportifs osent se balader dans cette tenue, allant jusqu'à s'en moquer. Preuve en est avec le hashtag #moulebite affectionné par le petit frère de Laure. L'art de la dérision, dira-t-on.

Quand le slip fait son cinéma

Mais tout le monde n'a pas le corps de Florent Manaudou. On peut porter un nom célèbre et quand même passer pour un plouc. Les exemples ne manquent pas au grand écran : Christian Clavier (Les Bronzés) dans un modèle beaucoup trop petit, ou plus récent, Patrick Chirac (Camping), alias Franck Dubosc, avec, son débardeur rose ! De cette pièce "branchouillette" jusque dans les année 1980, le cinéma a marqué les esprits jusqu'à pousser la gente masculine à le bannir de sa garde-robe.

Nos conseils pour bien choisir son maillot

Vous l'aurez compris : pas vraiment évident d'arborer le slip de bain. Pourtant les modèles ne manquent pas. Certaines marques - à l'image du Slip Français , Hom ou Speedo - proposent leurs propres collections : des gammes lycra et élasthanne avec un large choix de coloris unis, rayés ou encore avec des motifs originaux. Pour un coût non négligeable, au regard de la longueur du tissu : 50 euros en moyenne. Et la demande y est, la preuve en chiffres : sur 2017, le slip de bain a représenté 30% des ventes pour la marque Le Slip Français contre 10% pour le boxer de bain.

Du coup, on a décidé de vous donner les clés pour bien choisir votre maillot en fonction de votre morphologie. Suivez le guide !


Pour les personnes "taillées en V"


- Slip de bain.

- Boxer de bain.

- Short de bain.

- Boardshort ou bermuda de bain.


Pour les personnes "rondes"


- Slip de bain : bords larges, couleurs foncées.

- Boxer de bain : rayures verticales pour allonger et affiner la silhouette.

- Short de bain : pas trop ample pour éviter d’épaissir la silhouette.

- Boardshort ou bermuda de bain : pas trop ample non plus.


Pour les personnes "minces"


- Slip de bain : bords larges, couleurs vives et rayures horizontales.

- Boxer de bain : rayures horizontales.

- Short de bain : pas trop ample.

- Boardshort ou bermuda de bain : pas trop ample.


Enfin, pour les personnes dites "complexées" et qui souhaitent porter le slip de bain, boxer, notre styliste nous rappelle qu'il existe "des systèmes "Pack-up" pour redonner du volume devant mais aussi pour les fesses plates". Il fallait y penser ! Avec tous ces conseils, nul doute que vous brillerez - ou frimerez - cet été. Messieurs, vous avez les cartes en main.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter