"1 000 Forms of Fear" : Sia, la vengeance d'une blonde

MUSIQUE
PORTRAIT - La chanteuse australienne Sia, 38 ans, vient de sortir son 6e opus "1 000 Forms of Fear", dont le premier extrait "Chandelier" cartonne. Entre son talent d’écriture au service de Beyoncé, Rihanna ou Katy Perry, et sa brillante carrière comme interprète, la jeune femme mène un parcours sans faute.

Une blonde peut en cacher une autre. Sia a une trajectoire qui rappelle celle de Lady Gaga, parolière pour des pop stars avant d’accéder elle-même à ce statut. Metronews vous propose de faire connaissance avec cette artiste torturée et talentueuse.

Une machine à tubes
Quel est le point commun entre "Pretty hurts" de Beyoncé et "Diamonds" de Rihanna ? L’auteure-interprète-compositrice Sia Furler. Rien qu’entre 2012 et 2014 la chanteuse de 38 ans a collaboré avec les artistes au top des charts mondiaux, de Céline Dion à Katy Perry, en passant par Eminem, ou Britney Spears. "Je m’assieds à la maison avec mes chiens, j’enregistre, je leur envoie et, si je suis chanceuse, je gagne un million de dollars", a résumé malicieusement Sia dans une interview accordée à l’hebdomadaire américain Billboard en octobre dernier. Sia est à l’origine de titres écoulés à plus de douze millions d’exemplaires.

Le tournant "Titanium" 
A l’origine, ce titre, sorti en 2011, était destiné à Mary J. Blige. Sia n’avait fait qu’une maquette pour David Guetta, qui l’a publiée sans la prévenir. "Je me suis dit : C’est quoi ce bordel ! J’ai été très embarrassée quand elle est sortie. Ça ne faisait pas partie de mon plan de carrière", a-t-elle confié au magazine anglais NME. Tout est, depuis, rentré dans l’ordre entre elle et le DJ français. "Il [le succès de Titanium, vendu à plus de trois millions d’exemplaires, ndlr] m’a payé une maison. Ça aide pour estomper les sentiments négatifs", a ajouté la chanteuse, pince-sans-rire. Avant de conclure : "C’est la meilleure chose qui me soit arrivée dans ma carrière."

Un 6e album à la hauteur
Depuis quatre ans, date de son dernier album We Are Born, Sia s’était consacrée exclusivement aux autres. D’ailleurs son single "Chandelier", qui cartonne, était initialement prévu pour Rihanna. Grâce à cette ballade, qui rappelle "Diamonds, le tube que Sia avait offert à la star des Barbades, elle ne quitte plus le podium des charts français depuis quelques semaines. La chanteuse a mis les petits plats dans les grands pour la production de 1 000 Forms of Fear. On y retrouve notamment Diplo, le DJ incontournable, moitié de Major Lazer ("Watch out for this"), qui interviendra entre autres sur le prochain album de Madonna.

Une vie très privée
La gloire, très peu pour elle. Sia, désormais installée à Los Angeles, mariée au réalisateur Erik Anders Lang depuis août, accorde peu d’interviews et se cache volontiers. "Ce n’est pas pour rien que Britney Spears a été diagnostiquée bipolaire ou qu’Amy Winehouse ne prenait pas de crack ou d’héroïne avant d’être célèbre", expliquait-elle au Herald Tribune en 2010, déstabilisée après les révélations sur sa bisexualité lancées par le célèbre blogueur people Perez Hilton. A la télé, pour présenter "Chandelier", elle chante de dos et laisse danseurs, comédiens et autres artistes qui l’accompagnent prendre la vedette. Malgré le succès, Sia a fait sienne cette devise : dans l’ombre un jour, dans l’ombre toujours.

Lire et commenter