3 raisons de fondre pour le nouvel album d'Angus & Julia Stone

3 raisons de fondre pour le nouvel album d'Angus & Julia Stone

VOYAGE - Après des passages en solo, le duo australien renoue avec la folk baladeuse qui l'a fait connaître. Un troisième album maîtrisé de bout en bout qui devrait vous emmener ailleurs.

Se méfier du calme apparent. Si l'été est plutôt dévolu aux tubes légers et vite oubliés, certaines pépites continuent de voir le jour. Comme le troisième album du duo australien Angus & Julia Stone, qui redonne des couleurs et de l'entrain à sa folk tranquille sous la houlette du chevronné producteur Rick Rubin. Trois clés pour savourer l'un des albums les plus délicieux de l'année.

Pour retrouver la douceur du tube "Big jet plane"
Depuis 2010, difficile d'échapper à ce morceau évident, bande-son mélancolique pour de nombreux spots publicitaires et autres comédies romantiques. Après des parenthèses en solo, Angus Stone et sa sœur Julia reprennent la route ensemble pour nous livrer un troisième album à la production soyeuse. On retrouve le timbre délicat d'Angus, qui s'approche parfois de celui de Jeff Buckley, et la sensualité de Julia, qui se marient toujours à merveille sur des titres planants comme "Get home" ou "Wherever you are", ballade légère comme le vent.

Pour apprécier le travail de Rick Rubin
Plutôt réputé dans le milieu du hip-hop et du rock, le producteur élargit sa palette depuis plusieurs mois. Après avoir épaulé Jake Bugg et Ed Sheeran, l'Americain a permis au duo de muscler son jeu, sortant un peu du carcan folk dans lequel il s'était parfois enfermé. Les mélodies amples et l'atmosphère solaire font de cet album le plus abouti de sa jeune carrière. "C'est la première fois que je ne veux rien changer en sortant du studio", confie Julia dans Le Figaro.

Pour s'imaginer ailleurs
Ce troisième album des deux complices australiens sent bon le bord de mer et les grandes étendues, à l'image de l'emballant "Little Whiskey". Ambiance jazzy propice au farniente, chœurs légers, la petite pépite "Grizzly bear" démonte la maturité gagnée par le duo, beaucoup moins timoré qu'à ses débuts. Idem pour le slow intense "Death Defying Acts" tenu par Julia, le voluptueux "Main street" ou le groovy "Hearts beats slow" et sa ligne de basse imparable. On n'a pas trouvé mieux cet été pour se croire en vacances.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

SONDAGE EXCLUSIF : Forte percée de Valérie Pécresse, Emmanuel Macron toujours en tête

Les discothèques refermées 4 semaines : "complètement disproportionné", réagit le monde de la nuit

Covid-19 : protocole renforcé à l'école, fermetures des discothèques... Le point sur les nouvelles mesures sanitaires

EN DIRECT - Covid-19 : 12.096 personnes hospitalisées dont 2191 en soins critiques

Covid-19 : pourquoi les enfants sont devenus le "moteur de l’épidémie" ?

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.