3 raisons de savourer le nouvel album de Ben L'oncle Soul, "A coup de rêves"

MUSIQUE
DirectLCI
ON A ECOUTE - Le retour du chanteur français s'inscrit dans la continuité de ses débuts fracassants il y a quatre ans, avec une touche plus mélancolique et vintage. Trois clés pour apprécier le come-back du showman.

Des sonorités plus vintage
Quatre ans après son premier album, Ben L'oncle Soul revient avec "A coup de rêves", un nouvel opus pour lequel il s'est entouré de musiciens californiens de son âge, les Monophonics. Rencontrée après un coup de cœur sur Internet, la formation apporte une mélancolie et une touche d'élégance qui fait plaisir à entendre. Le résultat ? Davantage de ballades lancinantes, comme "So hard to find" ou "Walk the line", qui permettent déjà de calmer le jeu sur scène et qui accentuent la nostalgie de son répertoire. Et un climat plus électrique sur scène, où le leader des Californiens s'offre une reprise dynamitée du "Bang Bang" de Nancy Sinatra.

Une patience salvatrice
La sortie du premier album de Ben L'oncle Soul, écoulé à plusieurs centaines de milliers de copies, a donné lieu à une tournée marathon qui a quelque peu exténué le jeune homme, d'autant plus qu'il ne s'y était pas forcément préparé. Le chanteur a donc pris le temps de retrouver les raisons qui l'ont poussé à s'engager dans cette voie, et les racines de la soul music qu'il affectionne tant. Il a beaucoup voyagé, notamment aux Etats-Unis où vivent ses nouveaux musiciens, adopté un look plus sobre, sans ses fameuses lunettes multicolores, et il a rodé ses nouveaux morceaux sur scène au cours des neuf derniers mois.

Le français toujours à l'honneur
C'est sa marque de fabrique. Popularisé grâce à la chanson "Soulman", le natif de Tours s'est attelé à consacrer la moitié de son nouvel album à sa langue natale. Le premier single lancé en éclaireur en fin d'année dernière, "Hallelujah (j'ai tant besoin de toi)", est désormais entouré d'autres pépites dans la langue de Molière, comme le grandiose "Ailleurs" qui procure quelques frissons, ou le léger "Attends-moi". "Mes premières chansons sont venues naturellement dans ma langue, nous confiait-il il y a quelques semaines. Je ne sais pas qui pouvait douter qu'on pouvait aussi faire résonner la soul en français, j'ai peut-être réussi parce que je suis un grand rêveur."

Lire et commenter