7 petites choses qu'on apprend dans la première bio de Kendji Girac

7 petites choses qu'on apprend dans la première bio de Kendji Girac

DirectLCI
COULISSES - Un an de carrière, et déjà une biographie qui lui est consacré ! A 18 ans, Kendji Girac est rapidement devenu une idole pour toute une génération, et un modèle d'authenticité et de spontanéité. Le journaliste Thierry Cadet dresse le portrait robot du chanteur dans "La légende de Kendji" au travers de ses nombreuses interviews et pérégrinations depuis sa victoire sur le plateau de "The Voice".

La famille avant tout
"Dans le clip de Color Gitano , il y a mes deux cousins Kevin et Bryan, ça faisait longtemps que je ne les avais pas vus. Une partie de la communauté gitane est déjà présente sur place dès 21 heures. "On est des gitans, tout se sait chez nous !", déclare Ruben à La dépêche.

Un rapport intime avec sa guitare
"Il a fallu que je regarde le placement des doigts et je trouve que ça m'a bien aidé. Quand je suis avec ma guitare, il se passe quelque chose. Parfois, je joue, ma mère me parle, et je ne peux pas l'écouter tellement je suis sur Margarita, c'est un maximum de plaisir. J'ai parfois joué jusqu'à avoir des cloques au bout des doigts", confie Kendji à Ouest France.

La religion en toile de fond
On apprend dans le livre que Kendji confie souvent avoir appris à lire avec la Bible, et la lit encore régulièrement. Pour l'auteur Thierry Cadet, la vraie religion du clan, c'est la musique et la fête véritables doctrines au sein de sa famille.

Il a dit non à certaines chansons
Il a refusé certains titres, pourtant déjà enregistrées, parce qu'ils ne lui correspondent pas, trop éloignées de ce qu'il est réellement. Il se doit de retrouver cette touche gipsy qui le caractérise. "On n'est jamais un pion à 100 % dans une grande carrière, souligne Jean-Pierre Pasquilini, rédacteur en chef du magazine Platine. On peut dire ce qu'on veut de Kendji, quand il chante, même s'il est très primaire et très premier degré, il a une émotion."

Une personnalité populaire
"Il y a un côté premier degré chez Kendji, il est brut de décoffrage et ne chante pas avec un intérêt calculé, poursuit Jean-Pierre Pasqualini. Quelqu'un comme Olympe (autre talent de "The Voice", ndlr) a intellectualisé son répertoire mais il n'aura jamais Télérama et il n'a pas vraiment NRJ non plus, donc ça reste  entre deux eaux."

Il veut parler à tout le monde
"Je ne souhaite pas être un porte parole des gens du voyage. Chacun a son rôle. Moi ce que je veux représenter, c'est juste la musique de chez nous qui est très jolie, et les gens qui sont simples et gentils. Après je ne peux pas représenter tout le monde."

Un grand romantique
"Mon genre de filles ? La très sympa et très jolie Tal. J'adore les histoires romantiques, je n'aime pas l'idée d'aller flirter à droite à gauche, confie-t-il au Parisien. Je ne me marierai pas forcément avec une gitane, je choisirai celle qui m'ouvrira le cœur. Je m'adapte au caractère et au style de la fille que je veux séduire pour la mettre à l'aise."

La légende de Kendji, de Thierry Cadet, aux éditions du moment, 203 pages, 16,95 euros.

A LIRE AUSSI >> Le président des Victoires de la musique répond à Kendji

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter