À la Madeleine, les fans de Johnny Hallyday laissent les querelles de famille de côté pour célébrer leur icône

REPORTAGE – Ils ne sont pas près de l'oublier. Les fans de Johnny Hallyday étaient réunis ce vendredi à l’église de la Madeleine pour célébrer l’anniversaire de ses 75 ans. Un hommage bon enfant, loin des polémiques qui déchaînent les passions depuis janvier dernier.

"Quelle idée de l’avoir enterré à St-Barth !", soupire une quinquagénaire fan de Johnny Hallyday devant les grilles de l’église de la Madeleine. "Comme si tout le monde pouvait se payer le voyage ". Il n’est pas encore 9 heures du matin et ils sont déjà des centaines à patienter pour assister à la cérémonie organisée en hommage au rockeur qui aurait eu 75 ans ce vendredi 15 juin 2018.


Depuis le 9 décembre dernier, date d’un hommage populaire sans précédent, l’édifice religieux à deux pas des Grands Boulevards est devenu un lieu de pèlerinage incontournable pour son public. Sous l’impulsion du père Bruno Horaist, une messe y est d’ailleurs célébrée chaque 9 du mois. Celle du mois de juin a été décalée pour cause d’anniversaire. Et ils sont plus nombreux que jamais à vouloir y participer.

"Personne ne pourra m’empêcher de rentrer, je m’en bats les c....... !", hurle un admirateur vêtu comme beaucoup d’un t-shirt à l’effigie de son idole. Et qui a visiblement célébré l'anniversaire à l'avance. Jour de semaine oblige, la moyenne d’âge est plutôt élevée. Certains sont munis d’un carton invitation, retiré un peu plus tôt auprès de Chantal et Alex, les organisateurs de l’événement. Lorsqu’à 10h, la grille s’entrouvre, ils agitent le précieux sésame au-dessus de leur tête.


Les vigiles privés, impassibles, font entrer les fans au compte-goutte. Rapidement excédée, la masse proteste et bouscule. Une femme vacille, déclenchant l’intervention des équipes de la Protection Civile. Une fois cette première étape franchie, des rafraîchissements bienvenus sont servis en haut des marches de l’église. Là encore, les admirateurs munis d'une invitation sont prioritaires. Mais quelques minutes avant le début de la cérémonie, prévue à 11h, les portes de la Madeleine cèdent sous la pression populaire.

On dit que Johnny était manipulé, mais moi je pense qu’il savait très bien que ce qu’il faisait !Une fan de belge de Johnny Hallyday

A l’intérieur, on soupire de soulagement. On s'installe bien sagement. Et on devise avec nos voisins sur "l’affaire de l’héritage" qui truste les gros titres des médias depuis janvier. "Tout ça, c’est à cause du pognon", nous explique une admiratrice belge de Jean-Philippe Smet, résumant la teneur des discussions depuis le début de la matinée. Pour elle, pas question d’accabler un camp plutôt qu’un autre : "On dit que Johnny était manipulé, mais moi je pense qu’il savait très bien que ce qu’il faisait !".


Lorsque la cérémonie commence enfin, tout est oublié (ou presque). Dans une ambiance bon enfant, les hommages musicaux s’enchaînent avec en point d’orgue la performance de Chris Evans, le "country singer" qui demandent aux fans de "sourire, parce que certains vont peut-être pleurer lorsque je vais chanter." Il a tort. Lorsqu’il reprend le tube "Vivre pour le meilleur", l’assistance reprend en chœur et la Madeleine se change en Stade de France. Difficile de ne pas avoir le frisson.

La seule fausse note ? Les huées, durant la messe, d’une partie de l'assistance lorsque Michael Ketcham Hallyday, le cousin du rockeur, décide de rendre "un hommage particulier à Laeticia Hallyday qui a réussi avec force, courage et abnégation à mettre de la douceur avant toute chose dans ta vie tourmentée." Elles seront rapidement ensevelies par les applaudissements d’un public qui avait visiblement décidé de mettre les querelles de famille de côté pour communier encore une fois avec son icône. Et ce n'est sans doute pas la dernière.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Johnny Hallyday : la mort d'un géant

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter