Adrenaline Mob : "Men of Honor", de la vraie musique de bonhommes

Adrenaline Mob : "Men of Honor", de la vraie musique de bonhommes

DirectLCI
METAL – C'est brut, c'est dru, rempli de refrains à hurler et de solos de guitare à mimer avec les doigts. Bienvenue sur "Men of Honor", le deuxième album du groupe américain Adrenaline Mob.

C'est qui ces gars ?
Formé en 2011, Adrenaline Mob est l'association de grosses pointures de la musique heavy : Russ Allen, le chanteur du groupe de metal progressif Symphony X, Mike Orlando, un prodige de la six-cordes qui officiait jusque-là en solo, mais aussi John Moyer, le bassiste de Disturbed, formation en sommeil. L'ex-batteur de Dream Theater, Mike Portnoy, qui officiait sur le premier album, a quitté le projet pour se consacrer à un autre supergroupe, The Winery Dogs, avec Richie Kotzen et Billy Sheehan. Il est remplacé sur ce nouvel opus par A.J. Pero, vétéran de Twisted Sister, formation à succès des années 1980.

Ca sonne comment ?
Men of Honor reprend les bases du premier opus, Omerta : un mélange de hard rock traditionnel et de metal moderne, avec une touche technique supérieure à 99% des formations du moment. Le géant Russ Allen s'égosille avec classe, croisement viril entre Bon Scott et Phil Anselmo, aussi à l'aise sur les morceaux qui claquent ("The Mob is Back", "Come on Get Up") que sur les ballades ("Behind These Eyes") pas ridicules du tout. La section rythmique groove du tonnerre mais c'est Mike Orlando la botte secrète du projet. Ses solos, créatifs et dantesques (écoutez "Feel the Adrenaline"), en font l'un des guitar heroes les plus excitants du moment.

Pourquoi on aime ?
Ras-le-bol des groupes de rock dépressifs, tentés par le démon de l'électro ? Adrenaline Mob réconciliera les fans de hard à l'ancienne, amoureux des gros refrains qui tuent ("Dearly Departed", un méga tube) et les amateurs de metal 2.0, technique mais jamais prise de tête. Idéal pour se (re)mettre en forme le matin, même si les voisins risquent de tiquer. Ou pour une virée cheveux (longs) au vent sur les routes de Californie ou du Languedoc, en Harley Davidson ou en 4X4. A vous de voir.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter