Anastacia est de retour : "ma vie est une résurrection"

MUSIQUE
DirectLCI
INTERVIEW - À 45 ans, la chanteuse Anastacia sort son sixième album studio après six ans d'absence. Metronews a profité de son passage récent à Paris pour évoquer ce nouveau disque au titre évocateur "Resurrection", reflet musical des épreuves médicales et sentimentales qu'elle a rencontrées.

Pourquoi avoir mis tant de temps à refaire un album original ?
J'ai sorti Heavy Rotation" en 2008. L'équipe de mon label de l'époque voulait que je fasse un peu plus de r'n'b. Mon instinct m'inclinait à ne pas le faire. Ce n'était pas mon style et mes fans ont pu quelque peu être désorientés par ma nouvelle direction musicale. J'ai vécu énormément de choses en six ans.

Quoi, par exemple ?
Je me suis mariée et j'ai divorcé. J'ai changé de label. J'ai eu deux cancers, fait des rechutes. J'ai retrouvé mon vrai, mon pur moi. Sur cette base vierge, j'ai posé de nouvelles fondations. J'ai trouvé un nouveau management, une super maison de disques. Puis, j'ai pu faire mon projet de reprises en 2012, parce qu'à l'époque, je ne pouvais plus écrire de morceaux originaux. Et là, j'ai réalisé : "Mon dieu ! J'avais oublié que j'étais une chanteuse !" Cela m'avait manqué tellement. J'étais du coup prête à écrire, à faire un nouvel album.

Pourquoi avoir appelé ce nouvel opus Resurrection ?
En grec, le nom Anastacia signifie résurrection. J'aime sa signification, les mythes comme le Phœnix, ce oiseau qui meurt et qui renaît de ses cendres. Je n'ai jamais pensé que ce serait le cas mais ma vie est une résurrection. Ce titre illustre bien mon parcours.

Quand l'avez-vous écrit ?
Entre autres, pendant une période difficile, où j'étais en rémission. (Anastacia a la maladie de Crohn et souffert de deux cancers du sein dont elle est définitivement guérie ) Même si les gens me posaient toujours la même question "Comment tu fais pour te remettre d'un cancer tout en écrivant un album ?", cela a été très cathartique pour moi. Écrire, c'était avoir des projets, apercevoir la lumière au bout du tunnel.

Pouvez-vous nous dire ce qu'est le "sprock", le genre musical dont vous vous revendiquez ?
Ma musique à moi, qui est pleine d'influences. C'est un gros mélange de rock et de pop et de soul.

Comment écrivez-vous vos morceaux ?
La plupart des chansons partent de la réalité, de ma situation. Pas de conneries ! (elle chantonne "Paid my dues", un de ses titres sortis en 2001 ) "Got punched on my face in L.A." (j'ai pris un coup de poing en pleine face à L.A.). Ces histoires, c'est ce dont est fait la vie ! Et mes fans savent que je ne triche pas. Avec ma musique, je veux leur délivrer un message d'espoir.

Que va trouver le public dans "Resurrection" ?
Onze titres qui le reconnectera avec ce que je sais faire, ce avec quoi je l'ai séduit. Mes fans aiment le sprock. Mes retrouvailles opportunes avec mes complices des débuts, Sam Watters and Louis Biancaniello, avec qui j'avais travaillé sur "I'm Outta Love"ont confirmé ce retour aux sources. Avec Resurrection, il retrouveront mon vrai moi, celui qu'ils ont connu, celui qu'ils ont aimé.

VIDÉO >> Anastacia - "Stupid Little Things", extrait de Resurrection

Lire et commenter