Ariana Grande, son coup de gueule féministe : "Je n’appartiens à personne"

MUSIQUE

PAS CONTENTE - Elles sont nombreuses, parmi les chanteuses pop, à s'indigner du traitement réservé aux femmes dans le show business. Ariana Grande a publié dimanche 7 juin une longue diatribe sur Twitter pour dénoncer ce sexisme et pour qu'on cesse de la considérer comme une "ex de star".

La scène médiatique a toujours fait la part belle aux femmes... avec pour toile de fond un sexisme spectaculaire. Ariana Grande est loin d'être la première à prendre en grippe les affres du monde du show-business musical : mise en avant du physique, bashing sur les réseaux sociaux et dans les médias, acclamation de la superficialité. L'actrice et chanteuse américaine de 21 ans, qui s'impose depuis deux ans maintenant, préfère affronter tout de suite ce système.

La "misogynie" ambiante

Dans un long tweet publié dimanche 7 juin sur Twitter, Ariana Grande s'est insurgée contre la déshumanisation des femmes, que l'on considère comme "la possession passée, présente ou future d'un homme", leur sexualisation à outrance ou encore la considération accordée aux célébrités "en fonction de la personne avec qui elles sortent/ont épousé/avec qui ils couchent/avec qui ils sont vues". Et pour cause, après plusieurs années passées aux bras de musiciens, Ariana Grande souhaiterait que l'on dissocie son image de celle du rappeur Big Sean, son ex depuis avril 2015.

A LIRE AUSSI
>> Le meilleur du compte Instagram d'Ariana Grande
>> Notre rencontre avec Ariana Grande



Comme Beyoncé, Miley Cyrus et son "Free the nipple", Lilly Allen avec le morceau "Hard out here", elle a su faire porter sa voix. Voici quelques extraits traduits en français de son coup de gueule : 

"Ce que je voulais dire quand j’ai démenti les rumeurs sur une ancienne relation avec Sean, c’est que j’en ai assez de vivre dans un monde où les femmes sont le plus souvent traitées comme la PROPRIÉTÉ, la POSSESSION passée, présente ou future d’un homme. Je n’appartiens à personne, et vous non plus."

"Si une femme ne serait-ce que parle de sexe ouvertement, on la blâme ! Mais si un homme parle ou fait librement un rap à propos de toutes les femmes (ou plus souvent dénommées "salopes" ou "putes" … comme c’est charmant) avec qui il a couché, on l’acclame."

Elle réclame le soutien de "ses soeurs"

"Je sais que vous le savez déjà tous mais le double standard et la misogynie sont encore d’actualité. J’ai tellement hâte de vivre dans un monde où les gens ne seront plus évalués selon la personne avec qui ils sortent / qu’ils ont épousé-e / à qui ils sont attaché-e-s / avec qui ils couchent (ou pas) / avec qui ils sont vu-e-s … mais par leur valeur en tant qu’individu."

"Toute femme qui choisit de se comporter comme un être humain à part entière devrait être alarmée sur le fait que les armées du status quo la traiteront comme une blague salace … Elle aura besoin du soutien de ses sœurs."

Lire et commenter