As Animals, bêtes de scène

As Animals, bêtes de scène

MUSIQUE
DirectLCI
DECOUVERTE - Auréolé d'un excellent bouche-à-oreille, le premier album du duo français As Animals constitue le premier choc discographique de l'année. Rencontre avec les deux musiciens, qui devraient marquer l'année de leur empreinte.

Il y a des moments que l'on oublie pas. Comme celui où l'on a découvert le groupe As Animals au gré d'un zapping radio. Depuis, l'envoûtante chanson en question, "I see ghost (Ghost gunfighters)" ne nous a pas lâché d'une semelle et fait un carton à l'étranger, notamment en Italie. Elle est l'œuvre d'un duo français aussi mystérieux que fascinant, As Animals. D'un côté, Fred, un guitariste méticuleux. De l'autre, Zara, une chanteuse à la gestuelle hypnotique et au grain de voix phénoménal. A la première rencontre entre les deux artistes, qui stagnaient chacun dans leurs projets respectifs, l'entente est immédiate. "J'avais envie de me professionnaliser, mais les aléas de chacun empêchent parfois de concrétiser, avoue Zara entre deux éclats de rire contagieux. C'est la première fois que je ressentais l'envie d'aller jusqu'au bout."

Un show énergique et tribal

Au vu de leur complicité évidente, ces deux-là se sont bien trouvés. "Même si on vient d'univers musicaux différents, il y avait des choses qui nous rassemblaient, c'est aussi pour ça que ça a très vite collé, confirme la chanteuse. On a la même vision de ce projet." Avant même la sortie de leur premier album, l'aventure prenait toute sa forme en concert, où l'énergie communicative se marie avec des chansons grandioses. "En live, on ressent vraiment l'envie de lâcher les chevaux. On voulait que ce soit énergique et tribal, un show très visuel et très vocal", décrit la chanteuse, qui cite Fiona Apple et Björk parmi ses modèles.

Une émotion de chaque instant

Le premier album éponyme du duo, produit par le Suédois Tore Johansson (Franz Ferdinand, New Order, The Cardigans) réussit la synthèse entre pop entêtante et soul fiévreuse, avec un mot d'ordre : une émotion de chaque instant. "On nous a dit qu'on faisait de la pop élégante, mais je défie n'importe quel artiste de réussir à définir sa musique, affirme Zara. Il faudrait trouver un nouveau mot !"

Pour la petite histoire, les deux complices étaient tellement concentrés sur leur nouvelle mission qu'ils en ont parfois oublié l'essentiel. "On a dû trouver un nom en urgence parce qu'il y avait un bel accueil des médias, on n'était pas encore vraiment prêts pour ça, se souvient Fred. Mais maintenant qu'on est là, on ne va pas lâcher le morceau, poursuit le guitariste." Et les deux artistes ne manquent pas d'idées pour la suite. "On aimerait bien jouer dans un endroit où ça n'a jamais été fait, comme au festival Burning man, qui correspond vraiment à notre mentalité avec ses performances artistiques, confie Zara. On rêve de chanter dans un endroit un peu mystique." Le rendez-vous est pris.

Lire et commenter