Au Printemps de Bourges, Bertrand Cantat attendu comme le Messie

Au Printemps de Bourges, Bertrand Cantat attendu comme le Messie

DirectLCI
ROCK – Le groupe Détroit se produira au Printemps de Bourges ce jeudi soir, quelques jours après le début de sa tournée. Un événement qui dissipe quelque peu l'atmosphère houleuse qui avait accompagné la sortie de l'album "Horizons" à l'automne dernier.

Son nom est sur toutes les lèvres. La petite ville paisible de Bourges est le théâtre ce jeudi soir d'un concert qui sera scruté de près : Détroit, soit l'association de Bertrand Cantat et de Pascal Humbert. Il s'agira de la plus grosse prestation du duo depuis le début de la tournée à Clermont Ferrand il y a dix jours. Un retour nappé de mystère puisque le service de sécurité a bien pris garde de filtrer l'accès aux balances, en début d'après-midi. De nombreuses personnalités ont fait savoir qu'ils allaient assister au concert, comme Christophe Miossec ou le chanteur de Shaka Ponk, Frah, qui avait participé au come-back de Cantat avec le duo "Palabre mi amor", pendant que certains bouderont l'invitation. "Il est attendu comme le Messie", nous glisse une professionnelle dans les couloirs du festival.

"Aucune arrière-pensée"

Dans les allées du Printemps, pourtant, aucun indice ne laisse filtrer de la présence du chanteur, pas d'affiche tape-à-l’œil ou de stand merchandising. Pas non plus de cohue à l'entrée du site, seulement une quarantaine de personnes qui attendaient quelques heures avant l'ouverture des portes. Dont Myriam, la quarantaine, très émue à l'idée de revoir Bertrand Cantat aux premières loges. "Il est fort probable que je pleure ce soir, ou alors je vais tomber dans les pommes, affirme-t-elle. Je n'ai aucune arrière-pensée sur ce retour, je me dis qu'il a du beaucoup en chier." Pour Cédric, "c'est un grand artiste qui mérite sa place, j'ai des frissons rien qu'à l'idée de réentendre des chansons de Noir Désir."

Même chez les jeunes, le nom de Bertrand Cantat évoque des souvenirs heureux. "C'est ma sœur qui m'a fait découvrir et j'aime beaucoup. C'est quelqu'un qui a un passé important, il faut vraiment retenir le positif et la musique", estime Pauline, 17 ans, venue découvrir en même temps Metronomy et Fauve sous le chapiteau. Le concert sera ainsi l'occasion d'un passage de flambeau entre générations, le collectif parisien partageant de nombreuses valeurs avec les interprètes de "Comme elle vient" ou "Le vent l'emportera", titres qui seront au menu ce soir.

Aucune ombre au tableau, ou presque, donc, après quelques mois mouvementés pour l'artiste de 50 ans. "Il a payé sa dette, et même si c'est un artiste, il a le droit de refaire sa vie, confie Marilyne, qui a tout de même essuyé quelques critiques dans son entourage. La médiatisation fait partie de son métier, il n'y peut pas grand chose. Je n'admets pas ce qui s'est passé, et j'espère que cette histoire pourra faire bouger les choses."

Plus d'articles